©Henri Garat/Ville de Paris

Un plateau 100% féminin pour l’open air du Nouvel An sur les Champs-Élysées

par Tsugi

Pour le Nou­v­el An, la Mairie de Paris invite Jen­nifer Car­di­ni, Maud Gef­fray et u.r.trax pour un open air géant sur les Champs-Elysées. 

Update 18/12/21 : La Mairie de Paris a fait part same­di de l’annulation des fes­tiv­ités prévues sur les Champs-Elysées pour la Saint-Sylvestre.

Par Emmanuel Had­dek et Syl­vain Di Cristo

De quoi remon­ter le moral. Alors qu’on se lamen­tait un peu de devoir pass­er une deux­ième année con­séc­u­tive sans pou­voir se déhanch­er en boîte de nuit pour la nou­velle année, la ville de Paris organ­ise une énorme soirée sur les Champs-Elysées avec trois poin­tures de la scène élec­tron­ique française : les piliers Jen­nifer Car­di­ni et Maud Gef­fray (de Scratch Mas­sive), ain­si que u.r.trax, jeune prodi­ge de la tech­no, égale­ment Artiste Tsu­gi à suiv­re. Les trois artistes se suc­céderont de 22h à 00h30, sans oubli­er le grand feu d’ar­ti­fice qui vien­dra clore la soirée. L’ac­cès à l’événe­ment est gra­tu­it, avec masque et présen­ta­tion du pass san­i­taire. Plus d’in­fos sur le site de la Mairie de Paris.

 

À lire également
Tsugi Podcast 626 : u.r.trax, espoir de la techno française

 

Avec ce choix artis­tique de la Mairie de Paris porté sur la musique élec­tron­ique, on peut y voir le pro­longe­ment de ce qu’Em­manuel Macron avait ini­tié avec la Fête de la Musique en 2018, qui trans­for­mait l’Elysée en dance­floor avec Kid­dy Smile, Chloé, Cezaire de Roche Musique, Kavin­sky et Pedro Win­ter aux platines ; Jean-Michel Jarre, NSDOD, Irène Dresel, Glit­ter, Crys­tal Mur­ray et Cer­rone cet été 2021. De quoi inscrire le pat­ri­moine élec­tron­ique français dans le mar­bre de l’his­toire de France.

De plus, il faut soulign­er cette pro­gram­ma­tion 2021 100% fémi­nine et pres­tigieuse qui ren­voie un mes­sage fort d’in­clu­siv­ité et de recon­nais­sance. Une fausse note néan­moins : si l’ef­fort est évi­dent et doit être salué, on cherche encore le bon sens dans le main­tien d’un tel événe­ment – qui rassem­blait env­i­ron 300 000 per­son­nes l’an­née dernière – en pleine cinquième vague, à l’heure où les clubs ont été con­traints de refer­mer leur porte et où il est inter­dit de danser dans les bars et restau­rants

(Vis­ité 3 514 fois)