À la Fashion Week, Raf Simons rend hommage au label R&S Records

On l’en­tend hen­nir d’i­ci. Le logo du célèbre label belge R&S Records — un tri­an­gle vert avec la sil­hou­ette noire d’un cheval — a été vu sur le podi­um du créa­teur Raf Simons, qui présen­tait sa col­lec­tion Printemps/Été 2020 lors de la Fash­ion Week de Paris. Imprimé sur un t‑shirt qui pou­vait dif­fi­cile­ment être plus over­sized, l’il­lus­tre canas­son s’est affiché dans un défilé mul­ti­pli­ant les hom­mages à la cul­ture rave et alter­na­tive. Investis­sant un lab­o­ra­toire uni­ver­si­taire, les man­nequins ont notam­ment arboré des visuels de pilules d’ec­sta­sy au vis­age souri­ant, des écus­sons ornés du mantra “Stoned Amer­i­ca”, des blous­es blanch­es ou encore de larges bottes en caoutchouc tout droit sor­ties d’un kit du par­fait petit chimiste.

En plus de se mon­tr­er patri­ote, le design­er orig­i­naire du plat pays rend ain­si hom­mage à une for­mi­da­ble écurie de pro­duc­teurs. Fondé en 1984, R&S a su rassem­bler des légen­des de la musique élec­tron­ique mon­di­ale. Offi­ciant d’abord comme pio­nniers au début de la tech­no et de la house, avec par exem­ple le clas­sique “Plas­tic Dreams” de Jaydee en 1993, le label a tou­jours pris soin de se tourn­er vers l’avant-garde, sor­tant notam­ment des pro­duc­tions d’Aphex Twin, Nico­las Jaar, Dominik Eul­berg, et même un des pre­miers EPs (très expéri­men­tal) de James Blake. De la haute-couture élec­tron­ique ; la ren­con­tre était logique.

 

 

Voir cette pub­li­ca­tion sur Instagram

 

Une pub­li­ca­tion partagée par L’ESPIONNE (@lespionneparis) le

(Vis­ité 416 fois)