Skip to main content
12 octobre 2016

Affrontez la tempête grâce à la playlist de Molécule

par Mathilde LESAINT

En 2015, Molécule sortait un album intitulé 60°43 Nord. Il revenait d’un long périple en Atlantique Nord sur le paquebot malouin Joseph Roty. Durant ce voyage, il s’empara des moindres sons de la vie à bord d’un navire de pêche, des vagues se brisant sur la coque aux grincements du bateau. Pour que l’immersion soit totale on ne peut que vous conseiller d’aller voir 60 43 Nord en 360 à la Gaîté Lyrique le 20 octobre. On s’y retrouvera en pleine mer, émerveillés par un levé de soleil sur un océan paisible ou effrayés par une houle menaçante. Et en pleine tempête, quel était le réconfort de Molécule ? Il nous délivre sa playlist illustrant à la fois le déchainement de la mer et ses moments de répis.

En plus de vous offrir une playlist « Avis de Tempête » Molécule et Tsugi vous font gagner le vynile et le T-shirt de 60°43 Nord. Pour avoir une chance de gagner envoyez nous un gentil mail à [email protected] avec en objet concours Molécule.

Lee Gamble – Motor System :

Le vent se lève, la mer commence à friser, l’atmosphère se transforme, quelque chose approche…

Molécule – Rockall :

La tempête, la vraie… Track composée au milieu de l’océan Atlantique Nord – Jour de navigation : 27 – Position du navire : 59°09′ N-008°09′ W – Force 10 – Temps : nuit, nuageux – Pression atmosphérique : 978mb – Vitesse du vent : 40 noeuds – Etat de la mer : mauvais, vagues de 15-17 m avec fortes déferlantes.

Brian Eno – Deep Blue Day :

Parce qu’un bon coup de vent a aussi quelque chose de majestueux, d’aérien…

Maurizio – Untitled M-6 :

La tempête enfouie au plus profond de soi. L’inlassable oscillation de la houle.

Clouds – Those Cracks In Your Face, Do They Hurt ? :

Une nuit mouvementée, tourmentée…

Bill Converse aka WWC- Sea Bering :

Parce que c’est dans le voyage que la tempête se trouve.

Velvet Underground -Femme Fatale :

Quand on a peur, on se réconforte avec un peu de douceur, on se rattache à ce qu’on aime.

John Cage – 4’33 :

Un spectacle qui oblige parfois au silence…

Visited 8 times, 1 visit(s) today

Leave a Reply