Skip to main content
Flying Lotus et son écran de projection à We Love Green. Crédit : Pierre-Louis Hahn
12 juin 2017

Amour, coups de soleil et grande musique : on était à We Love Green ce week-end

par Pierre-Louis Hahn

Quel weekend ! Après ces deux jours de We Love Green, compliqué de retrouver le chemin du bureau, surtout avec les coups de soleil. Mais c’était grand ces deux jours au Bois de Vincennes. A commencer par les Australiens de Parcels, dont le tube « Older » nous trotte encore dans la tête deux jours après, ou Agar Agar qui malgré la chaleur du chapiteau Lalaland, a encore une fois confirmé tout le bien que l’on pense d’eux. Un concert dont les points d’orgue étaient sans conteste « Prettiest Virgin » et la fin du show en mode techno ! Malheureusement la chaleur étouffante nous obligera à sortir prendre l’air avant la fin, dommage ! Après avoir assisté, ébahi, à un concert de Damso impressionnant, on a pensé un instant aller voir Weval, mais c’est finalement sur le set de Jon Hopkins que l’on s’est retrouvé à danser. Un set techno mélodique et particulièrement bien inspiré, le tout avec les derniers rayons du soleil dans le dos : la parfaite entrée en matière pour commencer la soirée. L’annulation d’A Tribe Called Quest s’était faite sentir et avait déçu beaucoup de monde, mais aligner le live de Justice à la place était une excellente idée. Le duo d’Ed Banger n’a pas déçu en mixant les morceaux de Woman à leurs deux précédents albums, ce qui a eu le mérite de ravir tout autant les nouveaux fans que ceux de la première heure. Mais c’est un autre live qui a retenu tout notre attention ce soir là : Flying Lotus. L’Américain a produit une prestation parfaite, un set gonflé au hip-hop et au jazz, qu’il terminera avec un morceau de Kendrick Lamar et devant une foule qui n’en finit plus d’applaudir. On a malheureusement dû faire l’impasse sur Richie Hawtin et son live « Close », mais il faut dire que Koze aux platines c’est toujours quelque chose à ne pas manquer, surtout lorsqu’il s’agit du dernier set de la soirée.

T’as bien raison bonhomme ! @ We Love Green, crédit : Pierre-Louis Hahn

Et oui, deux jours de festival, on ne peut pas tout faire non plus. Et on a eu raison de s’économiser pour le dimanche. Toujours baigné par le soleil, la clairière est moins bondée que la veille. Cela nous a permis de danser pleinement devant Frànçois & The Atlas Mountains et Amadou & Mariam (malgré un « Bofou Safou » légèrement moins entraînant qu’à l’accoutumée), mais aussi de profiter du splendide concert de Seu Jorge. Un tribute à David Bowie extrêmement beau et touchant, où la foule est venue régulièrement mêler sa voix à l’accent du chanteur brésilien. Après une pose à l’ombre, on s’est régalé en enchaînant Action Bronson puis Anderson .Paak. Entre le flow du premier lorsqu’il rappe « Actin’ Crazy » et la chaleur du groove de Monsieur Paak, ce seront sans doute les heures où nous aurons le plus danser, surtout en continuant sur le live de Recondite à Lalaland. L’Allemand nous a délivré ce qu’il sait faire de mieux : une techno racée, à la fois mélodique et atmosphérique, comme on l’aime. Mais encore une fois, pas le temps de voir la fin : Nicolas Jaar s’installe sur la scène de la prairie, et ça ne se loupe pas des artistes comme lui. Après une intro sombre enchaînant de longues nappes sonores, la machine est lancée. Et attention, là on parle grande musique électronique, avec tout autant de techno 4×4 que de breaks, de longues plages de synthé et de légères pointes acid. Clairement LE grand moment de cette deuxième journée.

Meilleur moment : Flying Lotus qui remixe le générique de Twin Peaks.
Pire moment : le réveil de ce matin, rouge écarlate.

Visited 5 times, 1 visit(s) today