Flying Lotus et son écran de projection à We Love Green. Crédit : Pierre-Louis Hahn

Amour, coups de soleil et grande musique : on était à We Love Green ce week-end

Quel week­end ! Après ces deux jours de We Love Green, com­pliqué de retrou­ver le chemin du bureau, surtout avec les coups de soleil. Mais c’était grand ces deux jours au Bois de Vin­cennes. A com­mencer par les Aus­traliens de Parcels, dont le tube “Old­er” nous trotte encore dans la tête deux jours après, ou Agar Agar qui mal­gré la chaleur du chapiteau Lala­land, a encore une fois con­fir­mé tout le bien que l’on pense d’eux. Un con­cert dont les points d’orgue étaient sans con­teste “Pret­ti­est Vir­gin” et la fin du show en mode tech­no ! Mal­heureuse­ment la chaleur étouf­fante nous oblig­era à sor­tir pren­dre l’air avant la fin, dom­mage ! Après avoir assisté, ébahi, à un con­cert de Damso impres­sion­nant, on a pen­sé un instant aller voir Weval, mais c’est finale­ment sur le set de Jon Hop­kins que l’on s’est retrou­vé à danser. Un set tech­no mélodique et par­ti­c­ulière­ment bien inspiré, le tout avec les derniers rayons du soleil dans le dos : la par­faite entrée en matière pour com­mencer la soirée. L’annulation d’A Tribe Called Quest s’était faite sen­tir et avait déçu beau­coup de monde, mais align­er le live de Jus­tice à la place était une excel­lente idée. Le duo d’Ed Banger n’a pas déçu en mix­ant les morceaux de Woman à leurs deux précé­dents albums, ce qui a eu le mérite de ravir tout autant les nou­veaux fans que ceux de la pre­mière heure. Mais c’est un autre live qui a retenu tout notre atten­tion ce soir là : Fly­ing Lotus. L’Américain a pro­duit une presta­tion par­faite, un set gon­flé au hip-hop et au jazz, qu’il ter­min­era avec un morceau de Kendrick Lamar et devant une foule qui n’en finit plus d’applaudir. On a mal­heureuse­ment dû faire l’impasse sur Richie Hawtin et son live “Close”, mais il faut dire que Koze aux platines c’est tou­jours quelque chose à ne pas man­quer, surtout lorsqu’il s’agit du dernier set de la soirée.

T’as bien rai­son bon­homme ! @ We Love Green, crédit : Pierre-Louis Hahn

Et oui, deux jours de fes­ti­val, on ne peut pas tout faire non plus. Et on a eu rai­son de s’économiser pour le dimanche. Tou­jours baigné par le soleil, la clair­ière est moins bondée que la veille. Cela nous a per­mis de danser pleine­ment devant Frànçois & The Atlas Moun­tains et Amadou & Mari­am (mal­gré un “Bofou Safou” légère­ment moins entraî­nant qu’à l’accoutumée), mais aus­si de prof­iter du splen­dide con­cert de Seu Jorge. Un trib­ute à David Bowie extrême­ment beau et touchant, où la foule est venue régulière­ment mêler sa voix à l’accent du chanteur brésilien. Après une pose à l’ombre, on s’est régalé en enchaî­nant Action Bron­son puis Ander­son .Paak. Entre le flow du pre­mier lorsqu’il rappe “Actin’ Crazy” et la chaleur du groove de Mon­sieur Paak, ce seront sans doute les heures où nous aurons le plus danser, surtout en con­tin­u­ant sur le live de Recon­dite à Lala­land. L’Allemand nous a délivré ce qu’il sait faire de mieux : une tech­no racée, à la fois mélodique et atmo­sphérique, comme on l’aime. Mais encore une fois, pas le temps de voir la fin : Nico­las Jaar s’installe sur la scène de la prairie, et ça ne se loupe pas des artistes comme lui. Après une intro som­bre enchaî­nant de longues nappes sonores, la machine est lancée. Et atten­tion, là on par­le grande musique élec­tron­ique, avec tout autant de tech­no 4x4 que de breaks, de longues plages de syn­thé et de légères pointes acid. Claire­ment LE grand moment de cette deux­ième journée.

Meilleur moment : Fly­ing Lotus qui remixe le générique de Twin Peaks.
Pire moment : le réveil de ce matin, rouge écar­late.

(Vis­ité 2 447 fois)