Le club ©Julien Pepy

Ca y est, le Sacré, le successeur du Social Club, a ouvert ses portes !

Si on tend vrai­ment la truffe, ça sent encore la pein­ture fraîche : le Sacré vit ses pre­mières heures. Nous sommes au 142 rue Mont­martre, adresse culte des nuits parisi­ennes. Il y a d’abord eu le Trip­tyque, trans­for­mant pour la pre­mière fois en club ces anci­ennes imprimeries de L’Au­rore (oui oui, c’est donc là qu’a été imprimé le “J’ac­cuse… !” de Zola), puis le Social Club, le repère ultime de la généra­tion Ed Banger et Myspace. Sauf que le Social ferme en 2016 après quelques années d’es­souf­fle­ment, pour devenir le Cats & Dogs, le 142, le Salo… Autant de pro­jets qui fer­ont plouf. Il n’y a qu’un pas pour imag­in­er ce lieu, au ‑1 de l’im­meu­ble, comme une cave mau­dite.

Mar­tin Munier et Antho­ny Rous­selle, respec­tive­ment anciens directeur artis­tique et directeur d’ex­ploita­tion du Bad­aboum, en ont con­science. Avec eux arrivent donc pas mal de change­ments : le Sacré ne sera pas une dis­cothèque, mais un “dis­co­bar”. “Repren­dre ce lieu nous a obligé à nous met­tre la pres­sion”, con­fie Mar­tin. “Il ne suff­i­sait pas de met­tre un coup de pein­ture pour rou­vrir”. Résul­tat : un gros investisse­ment sur les travaux, avec une pre­mière grande pièce où l’an­cien faux-plafond a été enlevé et où pein­ture blanche, miroirs et boules à facettes (qui recou­vrent le bar) ont rem­placé les éter­nels ori­peaux noirs du Social. La par­tie club, elle, reste la même, et entre les deux, un grand fumoir a été instal­lé – per­me­t­tant de ne pas enten­dre le club quand on sirote un cock­tail au bar. Un lieu se voulant hybride, avec d’un côté la salle claire pour boire et grig­not­er les tapas du chef Alexan­dre Mar­chon, du mar­di au same­di, et de l’autre une boîte noire pour danser sur les sets de DJs français les ven­dredis et samedis soir. “On a vrai­ment envie d’une pro­gram­ma­tion éclec­tique, à la Mel­lotron ou Radio Meuh, en faisant jouer les copains, les col­lec­tifs, des artistes parisiens émer­gents ou con­fir­més. On aimerait retrou­ver cet esprit de crew, famil­ial, quand tu sais que tu peux descen­dre ici et quoiqu’il en soit retrou­ver des gens que tu con­nais ou que tu aimes écouter mix­er”, explique Mar­tin. De quoi faire plaisir aux anciens habitués du Social, qui aujour­d’hui ont tout autant envie de manger du hou­mous avec un verre de vin naturel (ou une pinte à 5€ en hap­py hour) que d’aller danser jusqu’au bout de la nuit. Et peut-être, de quoi faire enfin pass­er ce lieu mythique à l’âge adulte.

Le bar ©Julien Pepy

Le bar ©Julien Pepy

Le fumoir ©Julien Pepy

Le Sacré est ouvert du mar­di au same­di, de 18 à 6 heures – le club étant ouvert les ven­dredis et samedis. Entrée gra­tu­ite, sauf quand pro­gram­ma­tion club.
Le week-end d’ou­ver­ture se passera avec la DJ Maxye dans le bar et Dje­bali au club le ven­dre­di 1er mars. Le lende­main, retrou­vez Mat­sa côté bar et Clouclou de la Mamies et Mari­na Trench au club.

(Vis­ité 3 699 fois)