Crédit : Fred Huiban

Dance to Death ” : Madben illumine le Badaboum avec son live audiovisuel

Ce soir du 17 jan­vi­er au Bad­aboum, en dessous d’une soirée pri­vatisée spé­ciale rétro « 80’s », Mad­ben et Blutch d’Astropolis Records imposent la musique d’aujourd’hui et de demain.

En pre­mière par­tie, avec des drops par­ti­c­ulière­ment effi­caces, Blutch livre une puis­sante deep house. Le Ren­nais chauffe un pub­lic encore timide qui se lâche peu à peu. Mais (pre­mière par­tie oblige) une atmo­sphère d’attente se fait tout de même sen­tir. Après un rapi­de inter­lude, les lumières dimin­u­ent, et voilà Ben­jamin Leclerc alias Mad­ben qui s’installe der­rière ses machines. Ton­nerre d’applaudissement pour ce DJ act­if depuis 2010 mais qui a atten­du jusqu’au 6 avril 2018 pour sor­tir Fréquence(s), son excel­lent pre­mier album. Der­rière lui, conçu avec les col­lec­tifs VÏSÜ et DaFF, un dou­ble écran com­mence à illu­min­er la pièce et baigne la salle dans un univers de formes virtuelles très psy­chédéliques.

Ce qui fait la mar­que de fab­rique de Mad­ben ce soir, c’est ce com­plexe de hi-hats groovys et de snares vin­tages, par­ti­c­ulière­ment dansant, mélangé à de gross­es bass­es syn­thé­tiques légère­ment noisy et indus­trielles. Dès le début, il nous impose son style en bal­ançant “Nar­cot­i­ca” puis “Rem­i­nis­cence” et le bien con­nu “The Cer­e­mo­ny”, avant de nous démon­tr­er sa maîtrise des poly-rythmes avec “Stripes”. Mais le point d’orgue du con­cert sera bel et bien atteint avec le hit “Grief, Dance To Death” mag­nifique­ment appuyé par les écrans de VÏSÜ qui pro­jet­tent les paroles et inscrivent l’injonction “dance” au fer blanc dans nos con­sciences déjà alan­guies par une heure de live. On s’exé­cute alors de bonne grâce. Mad­ben assure et met tout le monde d’accord. A la fin du morceau : un immense rap­pel.

Vers 22h45, les lumières se ral­lu­ment trop tôt au Bad­aboum. Elles nous rap­pel­lent que nous sommes un soir de semaine. Avec une telle ambiance, on l‘avait presque oublié. Mad­ben a cessé de manière évi­dente d’être le sim­ple “pro­tégé” d’Astropolis ou de Lau­rent Gar­nier pour devenir l’un des artistes les plus intéres­sants du moment.

 

Mad­ben sera le 2 févri­er au Fes­ti­val Bliz­zard à Château­roux, à Brest le 9 févri­er pour le Fes­ti­val Astrop­o­lis, à Berlin le 16 févri­er au Berghain/Panorama Bar, et le 23 févri­er à Paris (lieu TBA).

(Vis­ité 739 fois)