Skip to main content
22 mars 2017

En direct d’AllttA (20syl & Mr. J. Medeiros) à l’Elysée Montmartre

par Clémence Meunier

Un peu plus d’un mois après la sortie de leur excellent premier album The Upper Hand, les deux AllttA (Mr. J. Medeiros, croisé chez The Procussions, et 20syl, connu chez Hocus Pocus et C2C, qui depuis officie en solo) ont rempli l’Elysée Montmartre hier soir. On ne va pas faire de suspens : c’était génial. 

Un concert généreux : si la formule peut paraître surfaite (surtout qu’on a sacrément envie de la dire avec l’accent de Maïté), elle peut parfois être juste. C’était le cas hier soir, au concert d’AllttA à l’Elysée Montmartre. Et ce dès le premier morceau. Pas besoin de tour de chauffe, Mr. J. Medeiros démarre à cent à l’heure, le flow acéré, gonflé à l’hélium, ultra-rapide, comme si le « Rap God » d’Eminem n’était qu’une petite berceuse. Le public ne s’y trompe pas, et l’ambiance qui se dégage du public ressemble à celle d’une fin de concert – suante, dansante, bruyante, la totale.

Il faut dire que les deux donnent de leur personne. Mr. J. Medeiros occupe la scène aux décors minimalistes (une grande table pour 20syl, un micro pour lui, quelques néons et un écran allumé en fin de concert), esquisse souvent quelques pas de danse, interagit avec le public sans tomber dans le numéro de foire, et voilà qu’assez rapidement 20syl prend le micro pour entonner… « Hip-hop » d’Hocus Pocus. Un cadeau fait aux fans de la première heure, mais pas une obligation : le concert aurait très bien fonctionné sans. Mais, on le répète, les deux sont généreux. Les deux, puis les quatre, puisque le rappel a été en partie tenu par… les C2C au grand complet ! Bref, c’est tout un pan de la vie de 20syl que l’on explore, sans nostalgie aucune, simplement comme un rassemblement de vieux potes autour d’une passion commune : le hip-hop. Car ce n’est pas un hasard si les anciens tubes repris ont été « Hip-hop » (qui marquait il y a douze ans l’une des premières collaborations entre les Nantais et Mr. J. Medeiros) et « Vocab! ». Quand le duo chante « J’veux pas d’tes ‘Fuck !’, pas d’tes ‘Shit !’, pas d’tes ‘Motherfucker !’ / J’veux pas d’tes ‘Nigga !’, pas d’tes ‘Bitch !’, pas d’tes ‘Sucker !' », et que Medeiros refuse de prononcer le N-word, c’est une certaine vision du hip-hop qu’ils défendent, à mille lieues des paroles vulgaires du bling-bling d’un Lil’ Wayne, quitte à donner à ce concert une patine propre et à l’ancienne – ce qui n’est pas pour nous déplaire, finalement, surtout quand résonnent « The Woods », « Drugs » ou « AllttA » en rappel.

Musicalement au top (réécoutez The Upper Hand), ambiance de dingue (même les barmans et les vigiles se prennent au jeu), une envie de célébrer le hip-hop comme un art noble, sans smartphones brandis ni posture, un vrai MC classe, doué, du fan-service justement dosé pour un live construit par des mecs qui pensent à leur public et se font visiblement plaisir. … C’est tout ça, un concert généreux.

Meilleur moment : Un interlude drum’n’bass (très bien) exécuté par Mr. J. Medeiros à la MPC – de quoi se défouler encore plus, et repérer les teufeurs dans la foule.

Pire moment : Euh… Bah… On voit pas là.

Les AllttA entament une grosse tournée, notamment des festivals, et passeront par le Mythos à Rennes le 7 avril, Panoramas à Morlaix le 8, seront à Angoulème et Biarritz les 13 et 14, aux Z’éclectiques à Chemille le lendemain, au Printemps de Bourges le 21, à Alençon le 5 mai, aux Nuits Botaniques le 18, à la Magnifique Society le lendemain, à Marsatac le 23 juin… Ou encore aux Vieilles Charrues et Dour.  

Visited 22 times, 1 visit(s) today