En écoute : “Humanz”, le nouvel album de Gorillaz

Humanz est enfin là. Après une cam­pagne de pro­mo­tion (beau­coup trop ?) chargée, de nou­veaux extraits en veux tu en voilà, l’annonce du Demon Days Fes­ti­val dans un parc d’attraction, des remix­es de pres­tige avec Bonobo et Clap­tone, une appli­ca­tion, une inter­view en réal­ité aug­men­tée de 2D et Mur­docun clip en 360 degrés pour “Sat­urnz Barz”, le nou­v­el album de Goril­laz s’écoute aujourd’hui dans son inté­gral­ité.

Disponible en deux ver­sions, l’album conçu comme Une fête pour la fin du monde” selon les mots de Damon Albarn a sa ver­sion clas­sique de 20 titres ain­si qu’une mou­ture deluxe de 26 morceaux. En effet, les chan­sons qui évo­quent explicite­ment Don­ald Trump ne sont pas présentes sur la ver­sion clas­sique, comme “The Appren­tice” par exem­ple qui fait référence à l’émission de télé‐réalité présen­tée par le nou­veau prési­dent améri­cain pen­dant plus de dix ans.

Accom­pa­g­née d’un cast­ing impres­sion­nant (Vince Sta­ples, Pop­caan, Pusha T, Mavis Sta­ples, Ben­jamin Clemen­tine, et la liste est encore longue), la for­ma­tion menée par Damon Albarn réus­sit la prouesse de réalis­er un album inclass­able et déroutant, tant les morceaux voy­a­gent entre les gen­res. Un opus pour tout le monde, en somme. Cer­tains cri­ti­queront sûre­ment le manque de cohé­sion de l’ensemble, d’autres loueront son incroy­able richesse. Cha­cun se fera son avis, et ça se passe juste en dessous, avec la ver­sion deluxe évidem­ment.

Si vous êtes plutôt Spo­ti­fy :

(Vis­ité 2 900 fois)