Fabric a perdu sa licence et ne rouvrira pas

La déci­sion vient de tomber comme un couperet. A 1h du matin, après six heures de débat et d’é­coute, le comité de licences d’Is­ling­ton a choisi de révo­quer celle de Fab­ric. Fer­mé depuis le 11 août suite à la mort par over­dose deux garçons de dix-huit ans, le club n’a pu faire face à la déci­sion. La nuit anglaise attendait de savoir quel serait son sort. Aujour­d’hui la réponse est claire, Fab­ric ne rou­vri­ra pas ses portes. 

Une cul­ture de la drogue existe dans ce club que le man­age­ment et la sécu­rité ne sem­blent pas con­trôler”, pré­cise Flo­ra Williamson, à la tête du comité, pour expli­quer sa déci­sion. Cameron Leslie, fon­da­teur de Fab­ric, a été enten­du en faveur de la réou­ver­ture de son club, tout comme l’artiste Kate Simko et Alex Proud (pro­prié­taires des galeries Proud). La police a présen­té toutes ses preuves et un argu­men­taire con­tre la licence du club, rap­pelant qu’elle-même pro­pose depuis 2014 l’usage de chiens et de con­trôles plus poussés à l’en­trée mais n’a jamais été enten­due par Fab­ric à ce sujet. Cameron Leslie a ten­té de rap­pel­er l’ex­cel­lente entente entre le club et les forces de l’or­dre depuis douze ans mais rien n’y a fait. 

Alors que le maire de Lon­dres, Sadiq Khan, a déjà mar­qué des points dans son com­bat pour faire de la cap­i­tale bri­tan­nique une ville qui vit 24h/24 (en par­tie grâce au métro, désor­mais ouvert toute la nuit, le week-end), la fer­me­ture de Fab­ric est un coup dur : “Le club­bing a besoin d’être sécurisé mais je suis déçu que Fab­ric, le con­seil d’Is­ling­ton et la police n’aient pas pu trou­ver un accord”, annonce-t-il dans une déc­la­ra­tion ce matin, en rap­pelant que Lon­dres a déjà per­du 50% de ses clubs en huit ans. Une péti­tion, lancée le 24 août par Jacob Hus­ley et adressée à Khan, avait atteint les 150 000 sig­na­tures et les artistes du monde entier avait mon­tré leur sou­tien sur les réseaux soci­aux grâce au hash­tag #save­fab­ric. De belles preuves de sol­i­dar­ité seule­ment men­tion­nées quelques min­utes sur les six heures qu’a duré le comité, et qui n’ont donc que très peu pesé dans la bal­ance. Des rumeurs com­men­cent déjà à cir­culer à pro­pos d’un pro­jet immo­bili­er à 200 mil­lions de dol­lars, lancé par le Musée de Lon­dres près de Smith­field Mar­ket, qui aurait poussé le comité à fer­mer le club pour pou­voir utilis­er l’e­space ain­si libéré. 

Une triste nou­velle pour la nuit bri­tan­nique dont on vient de couper les ailes. C’est un triste jour pour tous ceux qui nous ont soutenu et en par­ti­c­uli­er pour les 250 per­son­nes de l’équipe qui vont per­dre leur tra­vail. Fer­mer Fab­ric n’est pas la solu­tion pour régler des prob­lèmes de drogues que les clubs comme le nôtre ten­tent de résoudre”, pub­li­ait Fab­ric ce matin dans un com­mu­niqué de presse. Et nom­breux sont les DJs inter­na­tionaux qui, abat­tus par la déci­sion, ont tweeté leur désarroi : 

 

(Vis­ité 122 fois)