Fraction spatialise la musique électronique avec “Entropia”

Du 22 au 24 sep­tem­bre, le fes­ti­val Crak s’in­stalle à l’église Saint Mer­ry dans le IVe arrondisse­ment de Paris. Les deux pre­miers soirs, dès 20h30, con­certs ou per­for­mances se suc­cèderont, alliant musique élec­tron­ique à tra­di­tion­nelle en offrant une vision mod­erne et tech­nologique de l’art. Par exem­ple, Erwan Ker­avec joue de la corne­muse avec une vision con­tem­po­raine d’une musique spé­ci­fique et très tra­di­tion­nelle. Sinon, le 22 sep­tem­bre, le fes­ti­val présen­tera Entropia, un pro­jet unique et inno­vant créé par Eric Ray­naud aka Frac­tion, pro­duc­teur et plas­ti­cien sonore parisien. Aux côtés de Louis-Philippe St-Arnault, Nature Graphique et Cre­ation Ex-Nihilo, il con­stru­it depuis 2014 un pro­jet de spa­tial­i­sa­tion de la musique élec­tron­ique.

Inspiré des travaux de Richard Buck­min­ster Fuller et sa struc­ture sphérique retenue à l’ex­po­si­tion uni­verselle de Mon­tréal en 1967, Frac­tion a dess­iné une forme polyg­o­nale dans laque­lle il utilise un procédé de lumière et de son pour faire bouger la musique dans l’e­space. Si “entropie” sig­ni­fie “trans­for­ma­tion” en grec, Entropia en est l’il­lus­tra­tion, un objet archi­tec­tur­al pro­je­tant la réflec­tion du son en 2D et 3D. L’artiste est dans la sphère, tan­dis que le pub­lic s’asseoit tout autour et prof­ite d’un paysage d’on­des par­ti­c­uli­er. Pour mieux com­pren­dre le dis­posi­tif, il suf­fit de regarder un extrait d’une per­for­mance unique par ici et surtout aller voir ça de plus près le 22 sep­tem­bre à l’église Saint Mer­ry dès 20h30. Frac­tion sort un EP le 5 octo­bre sur le label InFiné, inti­t­ulé Planète Humaine. 

ENTROPIA from frac­tion on Vimeo.

(Vis­ité 210 fois)