Le couple de personnes âgées croisées à Fabric a écrit une lettre pour raconter sa soirée

Leur his­toire a fait rire (ou ému, pour les coeur d’ar­tichaud) pas mal de monde : en mai dernier, un cou­ple de papi-mami s’est incrusté à Fab­ric, l’un des clubs les plus réputés de Lon­dres. On y croise des artistes comme Eats Every­thing, Dami­an Lazarus, Serge Devant, Ellen Allien, Sur­geon… Et Stanis­lawa et son mari, en vadrouille noc­turne. Le rési­dent Jacob Hansen, croy­ant d’abord voir un cou­ple com­plète­ment paumé, s’est vite ren­du compte que ces vétérans étaient là pour faire la fête : il leur a donc fait le tour du pro­prié­taire, offert des ver­res (enfin, du thé) et pris la pho­to ci-dessus alors que les deux Polon­ais assur­aient pass­er une soirée géniale. 

Beau­coup ont crié au coup de pub. Mais vis­i­ble­ment non : le cou­ple a fini par envoy­er une let­tre au club pour les remerci­er pour l’ac­cueil et rap­pel­er qu’ils n’é­taient pas là dans le cadre d’un coup de com’. Ils se trompent. Mr Hansen ne nous con­nais­sait pas. Nous n’é­tions jamais allé à Lon­dres avant ce soir-là”, peut-on lire dans la let­tre traduite du polon­ais (puis de l’anglais). A notre avis, Fab­ric est le meilleur club de Lon­dres. Il n’y a pas de mot pour décrire l’at­mo­sphère qui y règne et la bonne ambiance. Ces moments s’ac­crochent à la mémoire pen­dant toute une vie. C’est un club immense, l’in­térieur est mys­térieux, l’a­cous­tique est fan­tas­tique”, poursuit-il. L’in­té­gral­ité de la let­tre traduite, très clin­ique et descrip­tive, est à retrou­ver ci-dessous. Et on ne souhaite qu’une chose : être dans le même état d’e­sprit que ces deux-là une fois atteints nos 70 ans. On croise les doigts ! 

 

Cher Sir Jacob Hansen,
Organ­isa­teur à Fabric

J’aimerais vous remerci­er pour le chaleureux et cor­dial accueil au club Fab­ric Lon­don le dimanche 15 mai 2016 (de 23 heures à 5 heures). Ce soir-là, nous par­tions de Beech­field Road N4, où ma nièce habite, et sommes allés de Manor House à King’s Cross. Ensuite, nous avons pris une autre ligne de métro et sommes arrivés à Far­ring­ton Sta­tion. Enfin, nous avons marché jusqu’au club.

Avant 23 heures nous étions dans la queue. Mon­sieur Jacob Hansen pen­sait que nous étions per­dus, mais quand il a vu nos tick­ets achetés sur inter­net il était clair que nous étions là pour la soirée. A 23 heures, après avoir passé la sécu­rité, nous sommes entrés dans le club. Ma com­pagne Stanis­lawa a eu du mal à descen­dre les escaliers car elle avait une béquille. Nous nous sommes assis et avons eu des ver­res gra­tu­its. Nous avons gardé un des tick­ets bois­son en sou­venir. Mr Hansen nous a accueil­li et a dit « c’est génial que vous soyez là ! ». Nous lui avons demandé une bois­son chaude car le buf­fet ne ser­vait que des bois­sons froides. A l’in­stant d’après, on nous a servi un thé. Plus tard, nous avons passé un mer­veilleux moment à danser avec de jeunes Lon­doniens qui nous ont égale­ment chaleureuse­ment accueil­lis, ils ont pris quelques pho­tos avec nous pen­dant que nous dan­sions. Un des fans nous a offert un cadeau, un verre où il est écrit “Han­dome Hus­tler” (sic). J’aimerais par­ti­c­ulière­ment remerci­er une jeune fille de 27 ans. Elle était très gen­tille et s’est occupé de nous dès notre arrivée au club et jusqu’à ce qu’elle parte à 3 heures du matin en dis­ant au revoir.

Je rêvais de vis­iter Fab­ric et écouter sa musique depuis huit ans. A notre avis, Fab­ric est le meilleur club de Lon­dres. Il n’y a pas de mot pour décrire l’at­mo­sphère qui y règne et la bonne ambiance. Ces moments s’ac­crochent à la mémoire pen­dant toute une vie. C’est un club immense, l’in­térieur est mys­térieux, l’a­cous­tique est fan­tas­tique. Le son provient de tous les côtés et atteint les gens sur le dance­floor. Le club est égale­ment doté d’une très bonne sécu­rité. Je lis et suis les infor­ma­tions sur Fab­ric et d’autres clubs comme The Cross, The End ou Heav­en sur inter­net. Mon rêve est devenu réal­ité le 15 mai 2016. Aujour­d’hui, je suis très heureux de racon­ter aux gens mon expéri­ence inou­bli­able à Fab­ric. Pour prou­ver que nous avons eu des ver­res gra­tu­its, j’ai gardé un des tick­ets bois­son. L’or­gan­isa­teur de la soirée, Mr Jacob Hansen, nous a servi lui-même un thé. Il nous a emmené au bal­con pour les VIP où il a tra­vail­lé et joué de la musique en tant que DJ Jacob Hus­ley. Nous avions une superbe vue sur les club­bers de Lon­dres et le dance­floor. Après une heure nous avons pris l’as­censeur pour descen­dre et sommes allés sur le dance­floor jusqu’à 5 heures du matin. Comme promis par M. Hansen, nous avons pris un taxi payé par Fab­ric. A 5 heures et demi, nous étions de retour à Beech­fiel Rd Nr 4.

Per­son­nelle­ment, je ne suis pas un grand fan de tech­no mais j’aime la musique élec­tron­ique que Fab­ric pas­sait à une époque. Je recom­man­derais à Mr Hansen de jouer ce style de musique une fois par semaine ou trois fois par mois, ça vaut le coup d’es­say­er. Toutes les infor­ma­tions con­tenues dans l’ar­ti­cle d’Evening Stan­dard du 17 mai sont vraies. Il y a tout de même quelques petites erreurs : le club a ouvert à 23 heures, pas 22, et nous avons pris le métro depuis Manor House, pas Wat­ford. En fait nous étions en vis­ite chez la fille de mon frère.

Quelques com­men­ta­teurs de l’ar­ti­cle “Un cou­ple de per­son­nes âgées polon­ais­es achète sur inter­net des places pour Fab­ric… Et s’é­clate jusqu’à 5 heures du matin” sur inter­net ne croient pas notre his­toire et assurent qu’il s’ag­it d’un coup de com’. Ils se trompent. Mr Hansen ne nous con­nais­sait pas. Nous n’é­tions jamais allé à Lon­dres avant ce soir-là, donc per­son­ne ne pou­vait nous par­ler. Je ne par­le pas anglais, je con­nais seule­ment quelques expres­sions de base. Ma nièce et son mari n’avaient pas envie d’aller à Fab­ric, même si nous leur avions demandé et insisté pour que nous y allions tous ensem­ble. Nous sommes arrivés à Lon­dres le 9 mai et sommes ren­trés en Pologne le 23.

(Vis­ité 53 fois)