Le nouveau vinyle de la semaine (22): MONOLAKE

Robert Henke a décidé­ment plus d’un vis­age. Si l’insatiable Alle­mand compt­abilise vingt années de loy­aux ser­vices à la tech­no, il a aus­si con­tribué au développe­ment du logi­ciel Able­ton Live tout en dévelop­pant son label Imbal­ance Com­put­er Music et en mul­ti­pli­ant ses per­for­mances audio­vi­suelles. Son dernier pro­jet Lumière II, présen­té en févri­er au Cen­tre Pom­pi­dou et qui tourne actuelle­ment par delà le monde, est d’ailleurs une véri­ta­ble entre­prise artis­tique (dans la lignée de Ryo­ji Ike­da), com­bi­nant lasers et expéri­men­ta­tions sonores, où la lumière devient un “instru­ment” à part entière et fusionne avec la musique.

Si la dimen­sion artis­tique de Herr Henke s’exprime de plus en plus, il reste un technophile de pre­mier ordre, et con­tin­ue de bidouiller des pro­grammes pour Live (Max For Live : Gran­u­la­tor). Pour autant, alors que Ger­hard Behles a quit­té depuis plus de dix ans le duo Mono­lake pour se con­sacr­er plus ample­ment à Able­ton (fondé en 1999 avec Bernd Roggen­dorf), Robert con­tin­ue de le faire prospér­er, avec cette touche car­ac­téris­tique entre la tech­no indus, l’ambient et le drone. Dans cette veine un poil futur­iste sor­tait en 2012 l’album Ghosts, suivi d’un long silence de deux ans pen­dant lequel on s’était demandé si Robert n’avait pas décidé de laiss­er tomber, lui aus­si, Mono­lake.

Fin 2014, il dis­si­pait nos doutes avec la paru­tion d’un nou­veau maxi, XIE (Xor, Inwards, Eth­er­net). Le début, affirme-il, d’une série plus “club”, qu’il regroupera in fine en un album. Le deux­ième EP du genre, IA (Icar­ius, Alto), est arrivé. Si les deux morceaux sont résol­u­ment austères, sans doute même plus que ceux du précé­dent EP, ils con­fir­ment cepen­dant le pen­chant de Robert Henke pour les tex­tures gran­uleuses et les fameux drones aux sonorités de l’espace. Ajoutez à celà quelques voix bidouil­lées, parsemées sur “Alto”, qui nous pro­jet­tent dans un univers de science-fiction un peu angois­sant. On imag­ine alors qu’il souhaite tout autant nous extraire d’un quo­ti­di­en nor­mal que lorsqu’il investit un musée ! Le tout, en nous pro­posant sans arti­fices une expéri­ence dont IA serait indif­férem­ment le medi­um ou la final­ité. Lives prévus pour bien­tôt.

Mono­lake
IA
Sur Monolake/Imbalance Com­put­er Music
Sor­tie le 10 Avril 2015

Mini-extrait ici:

Quelques autres pre­views sur Hard­wax ici.

(Vis­ité 32 fois)