Le nouveau vinyle de la semaine (35) : Nathan Melja

Qu’on se le dise, pour quelqu’un qui a à peine 23 ans, le Français Nathan Mel­ja a déjà par­cou­ru un beau petit chemin dans le monde de la house et de la tech­no. Ses pre­miers EPs en dig­i­tal remon­tent à 2012–2013 sur Car Crash Set, Beat­cave, Hot N Heavy, époque où il se fai­sait encore appel­er “Mel­ja” tout court.

Sa car­rière de pro­duc­teur prend toute­fois un tout nou­veau tour­nant lorsqu’il rejoint l’année suiv­ante l’équipe de Mis­ter Sat­ur­day Night, l’imprint de Brook­lyn qui avait beau­coup fait par­ler de lui avec plusieurs EPs d’Anthony Naples, Gun­nar Haslam, ou encore Dark Sky (le fameux ‘In Brack­ets’). Grand fan du label, il peaufine une démo et tape dans l’œil des boss­es qui lui fer­ont sign­er un pre­mier Steady Mob­bin’ EP, ori­en­té Chica­go house mais qui pos­sède aus­si une réelle couleur tech­no. Dans la foulée, Nathan fait un petit tour à New York et tra­vaille quelques mois dans les bureaux de Mis­ter Sat­ur­day Night et éla­bore dans le même temps ses nou­veaux tracks. Ren­tré à Paris, Nathan con­tin­ue de par­courir les soirées pour s’imprégner de la vibe élec­trique qui tiraille la ville, tout en restant cet inlass­able tra­vailleur qui cherche sa pat­te, et qui sait rester hum­ble. En 2015, paraît son maxi A.C.I sur Black Opal (sous-label d’Opal Tapes), appuyant le côté plus tech­no de Mel­ja, lui qui cite comme influ­ences Actress, Objekt ou encore Patri­cia. Pour un meilleur aperçu de ses goûts, on vous con­seille d’ailleurs son pod­cast (audio+video) pour Over­drive Infin­i­ty.

Leo Draws EP, sa sec­onde release sur Mis­ter Sat­ur­day Night, sem­ble quant à elle explor­er son côté plus housy, sans fior­i­t­ures inutiles. Si la face A est un peu plus deep, de part ses nappes et voix fil­trées, le titre “If you Can Dance Then Rave on It” est légère­ment plus ori­en­té dance­floor avec des ryth­miques groovy et hi-hats qui fusent. Gros coup de cœur pour B2 “Expe 12” qui est une com­bi­nai­son des deux précé­dentes, drums entraî­nants, bruit d’ambiance gran­uleux, mélodie aéri­enne de fond et courts sam­ples vocaux qui human­isent sa pro­fondeur. Allez Nathan, on parie gros sur toi. 

Nathan Mel­ja — Leo Draws EP
Mis­ter Sat­ur­day Night
Jan­vi­er 2016

  

(Vis­ité 78 fois)