L’un des plus gros disquaires indé au monde va sûrement fermer

Le plus grand dis­quaire indépen­dant du monde” : voilà com­ment se présente Amoe­ba. Et ce n’est pas de la pré­ten­tion. Amoe­ba se décline en effet en trois bou­tiques (à Berke­ley, à savoir à côté de la plus grosse et sélec­tive uni­ver­sité de Cal­i­fornie, à Hol­ly­wood et à San Fran­cis­co), mais pro­pose égale­ment achats en ligne, télécharge­ments, ventes de DVDs et con­certs. Bref, une grosse machine à ven­dre des dis­ques qui ne cèdent cepen­dant pas aux seules sirènes des sor­ties mainstream.

La répu­ta­tion est là, le cat­a­logue aus­si, et pour­tant… Amoe­ba risque bien de fer­mer son antenne d’Hol­ly­wood ouverte depuis 2001, comme le révèle le site local LAist. L’im­meu­ble abri­tant le dis­quaire a en effet été racheté par un pro­mot­teur immo­bili­er, qui compte bien tout ras­er pour installer un bâti­ment de vingt étages mas­sif, com­plété par une piscine en rooftop. Coup dur pour les Cal­i­forniens qui avaient fait de l’Amoe­ba du Sun­set Boule­vard un pas­sage obligé pour tout mélo­ma­le voy­ageant à LA

Le dis­quaire a cepen­dant ras­suré ses fans : si l’Amoe­ba Hol­ly­wood ferme, ce ne sera pas pour tout de suite. “Vous posez tous des ques­tions à pro­pos de cet arti­cle aujour­d’hui… Nous allons rester dans notre immeu­ble jusqu’à la fin de notre bail — qui dure encore plusieurs années — et Amoe­ba et le nou­veau pro­prié­taire du bâti­ment sont par­tants pour que nous restions plus longtemps. Nous sommes bien décidés à rester à Hol­ly­wood et appré­cions votre intéret et votre sou­tien !”, peut-on lire sur une note pub­liée sur la page Face­book du dis­quaire. De quoi ras­sur­er, pour l’in­stant… Mais aus­si s’in­quiéter : si même le géant Amoe­ba est con­traint de se pli­er aux volon­tés d’un con­struc­teur de gratte-ciel, on peut se faire du mouron pour les autres dis­quaires indépen­dants améri­cains… Et européens !.

(Vis­ité 86 fois)