On a survécu (enfin presque) à un samedimanche à Concrete

Con­crete organ­i­sait ce week-end une nou­velle soirée Samed­i­manche, une teuf de vingt-quatre heures. En plus de la tête d’af­fiche occupée par Carl Craig, le vais­seau accueil­lait des bêtes telles que Prins Thomas, Leo Pol ou encore Denis Sul­ta. On vous racon­te une nuit de house-music.

Il fait déjà chaud sur le pont. Le par­quet vibre sous nos pieds et les gob­elets posés ça et là pro­duisent un bruit fréné­tique syn­chro­nisé avec les bass­es qui nous arrivent du ven­tre de la barge. L’édi­tion de Samed­i­manche de ce week-end a débuté un peu avant minu­it. Elle s’est ouverte sur un set de chauffe de deux heures emmené par l’ukrainien SE62. Orig­i­naire de Kiev, le pro­duc­teur et DJ annonce la couleur. Ou les couleurs. On aura recon­nu quelques-unes de ses pro­pres tracks, notam­ment “Anx­i­ety” et “True Force”. Nos pieds com­men­cent à rebondir et on ne se lasse pas du son de ces hi-hats ouverts en contre-temps, comme une courte inspi­ra­tion entre chaque coup de kick.

Crédit : Beat­rix Moreau

A la fin de ce warm-up encour­ageant, un blond per­ox­y­dé et surex­cité se saisit des platines. Denis Sul­ta, pour sa pre­mière à Con­crete, choisit de com­mencer en force en envoy­ant une pépite du disco-funk des 70’s de Sylvester, “I (Who Have Noth­ing)”. Il est deux heures trente. D’autres tor­pilles de groove nous per­cu­tent alors que Sul­ta con­tin­ue de sourire en sautant dans tous les sens. L’E­cos­sais nous accom­pa­gne jusqu’au levé du soleil. C’est là que Prins Thomas, un des ambas­sadeurs de la house scan­di­nave, prend le relais. Pen­dant plus de trois heures, ce petit génie du genre, qui con­tin­ue de tourn­er un peu partout, a fait escale à Con­crete le temps d’une mat­inée chaleureuse. Le com­plice de Bjorn Troske, son com­père à Oslo, a rendez-vous en juin aux Etats-Unis pour cinq dates et au Cana­da pour une, le tout en une petite semaine. Les deux pro­duc­teurs, amis de longue date, vien­nent d’ailleurs de sor­tir un album issu de leur col­lab­o­ra­tion, Square One, sur leur label Small­town Super­sound, basé dans la cap­i­tale norvégienne.

En haut, sur le wood­floor, Lowris et Hamid, puis Camion Bazar ont aéré beau­coup de têtes, par­ti­c­ulière­ment dimanche matin. Carl Craig est lui venu vers dix-huit heures, annonçant en cette fin de week-end un été lumineux pour les teufeurs parisiens. Rap­pelons que depuis le mois de mars, Con­crete est autorisée à rester ouvert 24h/24h le week-end. Comptez sur nous pour y retourn­er régulière­ment. Allez, souvent.

Meilleur moment : Faire une bat­tle de danse avec Denis Sulta.

Pire moment : Per­dre la battle.

(Vis­ité 899 fois)