Premiers noms des Trans Musicales 2016 : nos cinq coups de coeur

La 38e édi­tion des Ren­con­tres Trans Musi­cales de Rennes se tien­dra du 30 novem­bre au 4 décem­bre. Le fes­ti­val, presque hiver­nal, a à coeur son rôle de défricheur et sa place en tant que grand fes­ti­val français avec sa cen­taine d’artistes, tous dévoilés le 15 sep­tem­bre prochain, prenez note. Aujour­d’hui, on décou­vre les quinze pre­miers noms des Trans 2016, loin des têtes d’af­fiche, qui assureront l’é­cletisme et la richesse de la pro­gram­ma­tion. Par­mi eux, on en a choisi cinq, coups de coeur ou petits préférés, comme vous voudrez (juste après la pub). 

 

- Chou­ette, quatuor ren­nais (avec la chanteuse et bassiste de The 1969 Club) qui n’a ni sa gui­tare ni son rock dans la poche. Le groupe vient de sor­tir son pre­mier album, You Don’t Know Why You Run, qui dévoile des influ­ences bien présentes (The Cramps, Jon Spencer, Bri­an Jon­estown Mas­sacre) et une pro­duc­tion qual­i­ta­tive fausse­ment dés­abusée. For­cé­ment, c’est très chou­ette (on était obligé). 

- Pyrit et son pre­mier album UFO, inspiré d’un roman de science-fiction. Le jeune artiste suisse-allemand pro­duit des morceaux mélan­col­iques, élec­tron­iques et un peu ovnis. En l’é­coutant, on ne sait plus si on est angois­sé ou triste mais dans les deux cas, on a com­pris que la musique de Pyrit ne laisse per­son­ne indifférent. 

- Tig­gs Da Author est un phénomène soul à suiv­re de près. Depuis trois ans, il sort des tubes à la pelle, entre deux épo­ques et enrichis grâce à l’im­pres­sion­nante cul­ture musi­cale de l’artiste. Né en Tan­zanie et rési­dant en Angleterre, Tig­gs Da Author et son charisme pour­raient être com­parés à un Pharell Williams d’un autre temps. 

Reyk­javíkur­dæ­tur (com­pren­dre “les filles de Reyk­javik”) est un col­lec­tif unique. Il regroupe une ving­taine de rappeuses féminines met­tant en com­mun leur pas­sion, qu’elle soit musi­cale ou pas, dans des titres qui don­nent la pêche. Des flows sou­vent portés sur la con­di­tion des femmes et musique élec­tron­ique clin­quante, ça vient du nord et ça ne tourne pas autour du pot. 

- Ban­tu Con­tin­ua Uhu­ru Con­scious­ness (ou BCUC) est un col­lec­tif venu tout droit de Sowe­to (Afrique du Sud). Ils sont six musi­ciens et font de la musique “funky soul indigène” (selon eux) avec des instru­ments inat­ten­dus, comme le sif­flet zoulou, des per­cus­sions tra­di­tion­nelles et du rap, des choeurs et surtout de la pas­sion. On est vite con­quis avec leur pop mod­erne et exo­tique venue d’Afrique. 

(Vis­ité 52 fois)