Skip to main content
2020 BTS FESTA, BTS 7TH ANNIVERSARY FAMILY PORTRAIT / Facebook
2 juillet 2020

Qui sont les fans de K-pop qui font trembler le monde ? Rencontre avec BTS Army France

par Tsugi

Les récents mouvements sociaux dans le monde ont vu arriver un nouveau participant inattendu : les fans de pop coréenne (K-pop), et notamment du boys band BTS, qui se regroupent sous une même bannière, les ARMYs. À l’occasion du mouvement Black Lives Matter, on a pu voir leur grande force de frappe et leur organisation, donnant au mot « armée » une troublante dimension réelle. Samantha, membre de BTS Army France, nous a fait rentrer dans la communauté.

Un groupe de musique, ça vit avant tout grâce à son public. Cela ne saurait être plus vrai pour le boys band sud-coréen BTS : alors qu’il ne partait pas forcément gagnant en 2013, il est désormais un mastodonte de la pop mondiale, battant tous les records. Cet impressionnant succès est notamment dû à la construction d’une communauté soudée et dévouée partout dans le monde : les ARMYs. Le groupe sait se montrer très proche de ses fans, et, chose rare dans une industrie coréenne très calibrée, livrer ses doutes ou s’engager dans plusieurs causes. En 2017, par exemple, les membres du groupe se sont associés à l’UNICEF à l’occasion de la campagne « Love Myself », pour lutter contre les violences à l’encontre des enfants.

C’est sans doute cet engagement qui a mené l’activité des fans à dépasser les frontières de la musique pour lancer des actions fortes. Après la mort de George Floyd, alors que BTS a donné un million de dollars à la cause antiraciste, incitant ses fans à faire de même, ces derniers sont allés bien plus loin dans la mobilisation. Le monde entier a alors découvert la force de frappe que pouvait avoir cette communauté. Sur Twitter, un hashtag raciste #WhiteLivesMatter a été inondé de messages par les amateurs de K-pop, et un meeting de Donald Trump s’est retrouvé à moitié vide suite à la réservation de nombreuses places par la communauté. Au point de soulever plusieurs questions : est-il possible qu’un tel pouvoir puisse un jour être corrompu et utilisé à des fins plus néfastes ? Et qui contrôle vraiment ces ARMYs ?

Pour éclaircir le fonctionnement de cette communauté, Tsugi a contacté le principal groupe de fans français : BTS Army France, fondé en 2017. Quotidiennement, ses membres vont partager les actualités du groupe, organiser des sessions d’écoute, mais également prendre contact avec médias ou magasins pour faire connaître leurs chanteurs Coréens préférés. Ses adhérents sont plus divers qu’on pourrait le croire, comme on peut le voir sur leur site : on y trouve quelques hommes et des membres parfois âgés de plus de 40 ans. Ils sont médecins, ingénieurs, managers, étudiants en informatique ou en langues… Parmi eux, Samantha Teixeira, une étudiante en environnement de 24 ans (qui « pleure en voyant l’empreinte environnementale de [BTS] ») et qui veut démontrer que ce dévouement envers des êtres humains qu’ils ne rencontreront probablement jamais n’exclut pas la rationalité et l’esprit critique.

Capture d’écran du site btsarmyfrance.fr

Capture d’écran du site btsarmyfrance.fr

Comment s’organise votre association ?

Nous sommes presque 35 membres actifs, et chacun a sa ou ses spécialités : traductions, actualité, stratégie (sur tout ce qui concerne les charts), vidéo, graphisme, ainsi qu’un pôle actions et événements. Nous avons décidé de ne pas avoir de hiérarchie : les personnes qui ont créé l’association ne vont pas avoir plus d’impact que d’autres. Nous faisons l’essentiel de nos réunions via Discord, puisque nous avons des administrateurs un peu partout dans le monde et en France, mais nous nous rencontrons parfois en vrai, les échanges sont plus efficaces de cette façon. Nous nous déplaçons aussi pour aller rencontrer des professionnels, comme la Fnac. Par ailleurs, nous sommes tous amis dans l’association et il nous arrive souvent de nous voir de manière informelle. Il y a beaucoup de communication, entre nous mais aussi entre les fans de BTS en général. C’est un réseau en toile d’araignée qui forme un tout complet, et qui s’étend dans de nombreux pays.

« On le fait pour BTS, mais aussi pour nous-mêmes. »

Qu’est-ce qui distingue BTS d’autres groupes et qui vous pousse à tant vous impliquer ?

C’est vraiment un tout. La particularité de BTS par rapport à d’autres groupes de K-pop, est qu’ils ont eu le courage de se saisir de problématiques sociétales. Cela peut paraître anodin, mais dans un pays avec des tabous très forts comme la Corée du Sud, il fallait oser. Par exemple, le système scolaire coréen est très tendu, il y a un taux de suicide très élevé chez les étudiants à cause d’une pression très forte. Et justement, BTS se sont saisis de ce sujet dans leur chanson « No » [parue en 2013, ndr]. Beaucoup d’entre nous sont marqués par cet engagement. Il y a aussi le fait que ce soit eux qui composent et écrivent la majorité de leurs chansons [ce qui n’est pas le cas pour tous les groupes de K-pop dont les chansons sont écrites par leur maison de disque, ndr], et également la transparence de leur communication sur les réseaux sociaux [aussi très contrôlés par leur maison de disque, ndr]. Ils font beaucoup de live vidéo dans lesquels ils vont se livrer personnellement, expliquer leur vision du monde, ce qui ne se fait pas normalement pour les groupes de K-pop.

BTS est maintenant un groupe important, porté par un label au chiffre d’affaires de 500 millions de dollars. Est-ce qu’il n’y a pas une dimension de travail gratuit dans votre activité ?

Il faut savoir que les ARMYs ont toujours développé ces projets de manière autonome. Ni BTS ni leur label n’ont demandé aux fans de streamer, c’est venu de nous-mêmes. En effet, nous y consacrons du temps, mais nous savons pourquoi nous le faisons. On le fait pour BTS mais aussi pour nous-mêmes. Le but final, c’est de montrer pourquoi les fans de BTS ont été touchés par ce groupe. Il y a une forme de légitimité à conquérir, quelque part, et on veut expliquer pourquoi le groupe est connu et mérite son succès.

La plupart des communautés sont confrontées aux comportements toxiques de ses membres. Comment essayez-vous de gérer cela ?

C’est quelque chose d’assez organisé depuis 2018. Nous avons des messageries de groupe sur Twitter, et lorsque nous voyons un commentaire choquant à propos de BTS, plutôt que d’y répondre individuellement, nous allons nous organiser entre nous et le signaler. Parce qu’en effet, quand on touche à une passion, on a tendance à réagir à chaud, et donc amener de la visibilité au problème. D’autant qu’il y a beaucoup de fans de BTS, cela peut vite prendre de l’ampleur. Si le problème est déjà visible, nous allons essayer d’être au maximum dans l’information. Il y a du dialogue et de l’éducation entre ARMYs. Nous voulons également nous détacher du mouvement K-pop, afin d’éviter les rivalités présentes entre les différents groupes, et les « guéguerres » de fans.

« BTS nous influence et nous motive pour les actions à grande échelle. »

Quels sont vos moyens d’action ?

Ils sont différents, maintenant que le groupe est connu. Aujourd’hui, il s’agit non seulement de populariser le groupe, mais aussi de répondre aux engagements qu’ont pris les différentes fanbases autour du globe. Nous avons relayé de nombreux appels aux dons, notamment à l’initiative de One In An Army, une branche internationale des ARMYs spécialisée dans les actions humanitaires [en faveur de banques alimentaires, d’associations d’aide au réfugiés d’Europe, ou aux enfants hospitalisés, par exemple, ndr]. L’initiative peut aussi venir de notre groupe, par exemple notre administrateur JJ a lancé un projet pour inciter les ARMYs à faire des dons du sang. Il y a aussi eu des cagnottes pour l’UNICEF, pour le COVID-19, et beaucoup de journées de ramassages de déchets. Les exemples sont très nombreux et globaux, en France comme ailleurs, car les communautés sont très autonomes là-dessus. Donc BTS nous influence et nous motive pour les actions à grande échelle (Unicef, Black Lives Matter, etc) et à côté nous organisons des projets selon les envies des ARMYs et les besoins actuels.

Concrètement, comment s’organisent ces actions ?

Si l’idée du projet vient de nous-mêmes, nous organisons tout. Cela peut prendre des semaines ou des mois. Par exemple, en ce moment, nous souhaitons distribuer des coffrets-cadeaux à des fans du groupe hospitalisés ou dans le besoin. Si nous terminons de distribuer tous les coffrets d’ici la fin de l’été, alors nous aurons mis neuf mois à lancer, développer et clôturer le projet. Si l’initiative vient d’une autre ARMY, alors nous nous servons de notre fanbase, qui a beaucoup de followers et d’engagement [en particulier sur Twitter, ndr], pour donner de la visibilité au projet et éventuellement aider à l’organiser. C’est exactement ce qu’il s’est passé pour les dons faits au mouvement Black Lives Matter. Des ARMYs de plusieurs pays ont fait la demande, c’est remonté à la branche internationale One In An Army qui a mis en place la cagnotte, redescendu chez nous en France à un niveau local, et les fans ont participé, dépassant rapidement le million de dollars. C’est une boucle d’échanges constants.

« Les ARMYs ne sont pas des moutons qui vont suivre BTS aveuglément. Nous sommes des individus qui réfléchissent par eux-mêmes. »

N’avez-vous pas peur que des mouvements politiques ou des personnes malveillantes cherchent à récupérer, manipuler ou noyauter votre mouvement ?

Ça pourrait arriver, bien sûr, mais je pense que ce serait compliqué. Nous avons déjà connu des tentatives de manipulation, même si ce n’était pas à des fins politiques, et il y a toujours eu quelqu’un pour lancer un signal d’alarme. Beaucoup de gens cherchent à entacher l’image de BTS, et les fans sont attentifs à cela. Comme je disais, le réseau n’est pas linéaire, mais en toile d’araignée, et très organisé. C’est donc difficile de nous manipuler. Il faut bien comprendre que les ARMYs ne sont pas des moutons qui vont suivre BTS aveuglément. Nous sommes des individus qui réfléchissent par eux-mêmes. Si le groupe allait jusqu’à tenir un discours qui ne nous semble pas approprié, peut-être que nous arrêterions de les suivre. Mais cela me semble peu plausible, car il y a une cohérence entre les fans et le groupe. Dans le cas où le groupe s’associe à des marques qui ne correspondent pas tout à fait à leur image, comme Hyundai [en 2018, BTS est devenu ambassadeur de la marque automobile coréenne, amenant une hausse significative de ses ventes, ndr], nous ne sommes pas complètement dupes. Nous savons que le groupe fait partie d’une industrie, ce qui amène des engagements et des obligations, et il faut savoir différencier cela des engagements personnels de ses membres. C’est à chacun de peser le pour et le contre.

Visited 282 times, 1 visit(s) today