Skip to main content
Crédit : So Me
12 mai 2017

Track by Track : la nouvelle compilation Ed Banger disséquée par Pedro Winter

par Lucas Martin

Ed Banger dévoile aujourd’hui sa centième sortie, quatorze ans après le début de l’aventure. Cent sorties, cela se fête dignement. Pedro Winter – le boss d’Ed Banger – a donc décidé d’organiser une grosse réunion de famille avec une compilation de 17 morceaux qui rend un bel hommage à une référence qui anime la sphère musicale depuis le début du millénaire et qui a su s’imposer comme une véritable marque à travers le monde. Quelques titres avaient déjà été dévoilés, histoire de faire monter la pression avant la sortie d’une compilation aujourd’hui écoutable dans son intégralité. On a été voir Busy P aka Pedro Winter dans les locaux du label pour savoir un peu ce qu’il pensait de chaque titre, pendant que Breakbot, Gaspard Augé (la moitié de Justice), So Me ou encore Borussia tentaient d’éclater leurs scores au flipper.

Si vous êtes plutôt Spotify :

« Ed Red 100 (feat. Phra) » – Mr Oizo

Le traditionnel appel de Mr Oizo. Il adore l’exercice, il cite tous les artistes du label et c’est bien qu’on ai trouvé quelque chose de récurrent. Et puis ça lui va super bien, il adore faire des morceaux courts, c’est un réel bonheur. Pour celui-ci, il a demandé un peu d’aide à son pote italien Phra qui était la moitié des Crookers.

Ça ressemble beaucoup à du Siriusmo tu ne trouves pas ? 

Carrément, Siriusmo l’a toujours dit, c’est un grand fan de Oizo, et c’est réciproque ! C’est un peu son enfant allemand. Ils ont bossé ensemble d’ailleurs sur le dernier album de Oizo, All Wet.

« So Huge » – SebastiAn

Ça fait longtemps qu’on avait pas entendu un morceau de SebastiAn…

Il prend son temps et il a raison. Il a bossé sur plein d’autres projets entre temps, avec Frank Ocean par exemple. En ce moment il termine le disque de Charlotte Gainsbourg. Je n’ai jamais mis la pression aux artistes quant à la cadence mais c’est cool de le réentendre et je sens une certaine excitation, les gens sont vraiment fans de SebastiAn. Ça donne une petite indication sur la tournure de son album, c’est encore un peu tôt pour vous le dire mais il est en train de bosser sur un nouvel album.

De quel vagin parle-t-il dans ce morceau ?

Je ne sais pas, il faudrait lui demander. En tout cas ce vagin est très Huge.

« Genie (feat. Mayer Hawthorne) » – Busy P

C’est un morceau sur lequel je travaille depuis pas mal de temps. J’étais en studio avec Boston Bun et je lui faisais écouter ce que j’avais dans ma MPC 2000. En tombant sur ce titre il m’a conseillé d’en faire quelque chose.

Et pourquoi Mayer Hawthorne ?

C’est un mec que j’ai découvert en 2009 sur Stones Throw et il était à Paris à ce moment-là. On avait déjà travaillé avec lui, il avait chanté avec Boston Bun ou SebastiAn. Pour ce morceau je lui ai demandé un truc un peu différent et c’est ça son talent et sa force : ne pas refaire toujours la même chose, pouvoir bosser avec des artistes différents. Je lui ai juste donné le thème en disant « j’aimerais faire un disque d’amour », et il a écrit les paroles à Los Angeles. C’est mon premier morceau avec couplet refrain, une vraie première chanson. J’ai toujours fait des choses instrumentales, et je suis ravi que ce soit le premier single de cette compilation.

« Mystery » – Breakbot 

Pedro : J’adore ce nouveau Breakbot, un vrai morceau d’amour. D’ailleurs la fille qui chante c’est sa fiancée, sa muse (rires). Elle est actrice et pas chanteuse à la base et je trouve que cela rajoute un truc un peu sexy au titre, plus spontané.

Breakbot : J’ai fait chanter cette très belle demoiselle (il prend Capucine par la taille) et je trouve que pour une première collaboration elle s’est bien débrouillée !

Capucine : J’avais la crève, il y avait des mouchoirs partout, c’était immonde. J’avais un inhalateur entre les prises… (rires collectifs)

« Fame » – Cassius 

Faire ce morceau pour la compilation leur a donné envie de continuer, d’en faire d’autres encore, ça me fait vraiment plaisir. C’était un processus complètement différent de l’album Ibifornia, un gros projet qu’ils ont enregistré entre Los Angeles et Paris. Là c’est quelque chose qu’ils ont fait dans leur studio parisien du 18ème. On dirait une sorte de morceau des Rolling Stones des années 80, ou bien encore des Talking Heads, du funk blanc quoi.

« About It (feat. Steed) » – Boston Bun

C’est ton nouveau chouchou Boston non ?

On tourne beaucoup ensemble oui. C’est le DJ du label avec qui je me sens le plus proche artistiquement et musicalement. Je suis beaucoup plus reparti dans de la musique club, house, donc ça colle avec son univers et ses productions.  Je trouve ce morceau super classe, très deep house. Je suis ravi qu’on propose sur Ed Banger un titre qui pourrait très bien sortir sur le label Jazzanova ou je ne sais quel autre label house.

« She Knew » – Fulgeance

Il y a côté hip-hop dans ce morceau qui change de ce que vous faites d’habitude…

C’est vrai, on a jamais été très loin dans cette culture du sampling et du beatmaking même s’il y avait Mehdi qui donnait ce côté hip-hop à l’époque. Fulgeance c’est un mec de Caen qu’on suit depuis pas mal de temps, il a sorti un seul maxi sur le label, ce n’est pas vraiment un artiste Ed Banger mais plutôt un invité, un copain. J’ai toujours adoré ce qu’il faisait, sa production, des beats super compressés et une vibe hip-hop. Ça fait du bien d’entendre ça au milieu de la compilation, ça permet d’aérer un peu. On a pensé la tracklist comme ça. D’ailleurs si mes souvenirs sont bons, on enchaîne sur Pone.

« Ricky The Can » – Pone

Il y a une correspondance assez logique avec Pone qui vient de sortir son album solo très sombre. Là il nous a fait un truc plus funky. Il m’avait prévenu qu’il ferait un truc spécial pour Ed Banger, c’est bien que le label lui donne ce genre d’inspirations.

« Glue (feat. Santana) » – Feadz


Feadz prouve qu’il a le talent pour faire chanter. Avec Uffie à l’époque, aujourd’hui avec Santana. Je trouve son morceau super avant-gardiste. Est-ce un indice de la pop à venir comme il l’avait fait avec Uffie qui anticipait la vague Katy Perry, Kesha et compagnie ? On verra. Feadz est un artiste intransigeant, il est toujours dans l’expérimentation et c’est important d’avoir quelqu’un comme ça, une tête chercheuse qui s’engouffre dans plein de familles musicales différentes. Il est même assez dur comme personne avec qui travailler. On n’est pas tout le temps d’accord mais c’est ça aussi la force d’une famille : savoir se dire non, confronter des points de vue.

« Corridors » – Krazy Baldhead

J’ai trouvé que c’était le morceau le plus mature de la compilation, on sent l’expérience !

On a beaucoup de bons retours justement sur ce morceau-là ! Ça faisait longtemps qu’il n’avait pas sorti de disque sur le label en raison de quelques désaccords artistiques. Quand je l’ai appelé en lui proposant de me faire écouter des choses pour cette compilation, j’ai eu un coup de coeur pour « Corridors « . Un titre très moderne, assez dark mais cela fait du bien au label et à la compilation.

« All Dry » – Mr Oizo

Une sorte de gabber belge au ralenti, je conseille aux gens de l’écouter en 45 tours (rires).

« Muffin » – Borussia

Borussia c’est l’avant-dernière signature du label. Il a déjà réussi à imposer son son, c’est un super bon producteur, et musicalement il apporte au label un côté club duquel on s’était un peu éloigné. Justice écrit plutôt des chansons, Breakbot aussi, et Borussia a vraiment cette culture club qui fait plaisir. C’est un mec super jovial, généreux, c’est un bonheur de l’avoir et je pense que c’est le morceau le plus club de la compilation avec celui de Riton et celui de Boston Bun.

« Randy (Boys Noize remix) » – Justice 

Tu n’as pas peur d’être un peu déçu quand tu vois ce genre de collaboration ? L’attente est énorme !

Pedro : Oui mais je pense que le morceau est à la hauteur des ambitions. Ils se connaissent bien avec Alex (Alexander Ridha aka Boys Noize, ndlr.), c’est lui qui nous a demandé s’il pouvait faire un remix car il adorait « Randy ». On a besoin avec l’image qu’on véhicule d’avoir un titre fort qu’on puisse jouer comme ça devant 10 000 personnes. Il n’y a pas mieux que Boys Noize pour faire un tube de stade et Justice avec Boys Noize ça donne un raz-de-marée !

Gaspard Augé, moitié de Justice : On n’a pas pu donner de nouveau morceau, on était en train de bosser sur le live. Du coup on s’est demandé qui faisait de la bonne techno en 2017 et il se trouve que c’est encore et toujours notre ami Boys Noize ! C’est toujours compliqué de remixer une chanson mais Boys Noize est vraiment très fort. Il fait partie des deux personnes qui m’impressionnent le plus en terme de textures et de sons avec Gesaffelstein. Les mecs sont vraiment des espèces de laborantins du son.

« Temporary Secretary » – Riton

C’est une reprise d’un vieux morceau de Paul McCartney datant de 1978, « Temporary Secretary ». L’original était déjà sympa à jouer en club et Riton en tant que bon Anglais avait vraiment envie de faire une cover. On a eu l’autorisation de Paul McCartney, c’est le deuxième gros morceau club de la compilation.

« Opium » – Para One

Un morceau vraiment classe…

C’est le terme pour définir « Opium ». On en parle comme ça entre nous. Para est un producteur que j’adore depuis toujours. Même s’il a rejoint Ed Banger ce n’est pas vraiment un artiste de la maison à 100%, disons que c’est un cousin. Et pour des morceaux comme ça il est plus que bienvenu. « Opium » c’est de la techno pure et classe qui colle bien à l’époque et à la compilation.

« What Dat Azz Do » – 10LEC6

Les petits nouveaux ! Feadz doit être content, c’est le genre de morceau qu’il va adorer jouer en DJ set.

Carrément, c’est la dernière signature du label qui a un peu surpris tout le monde, on va continuer à les présenter. « What Dat Azz Do » c’est une reprise d’un morceau de DJ Funk qu’ils ont fait à leur façon, on a toujours aimé la house de Chicago bien pumpin’ ghetto. Ça rajoute un peu de piquant à la compilation.

« Conclusion » – So Me

Pedro : So Me est autant graphiste que musicien et l’idée de faire de la musique lui trotte dans la tête depuis quelques temps. Il est en train de bosser sur un projet et là il nous a offert cette belle mélodie qu’on a appelé « Conclusion ». On parle souvent d’Ed Banger pour la musique et pour l’image et là on prend le truc un peu à contre-pied, on intègre l’image dans la musique. Notre leitmotiv c’est « Travail Famille Party », on a un esprit familial fort.

So Me : Ça faisait longtemps qu’on avait pas trouvé le temps avec Pedro de faire un truc de A à Z comme à l’époque. Cette compilation c’est vraiment un projet global de la musique en passant par l’image et on est vraiment content !

Ça te fait quoi d’être le dernier morceau de la centième sortie Ed Banger ?

So Me : C’est le moins électronique de la compilation, il ne l’est même pas du tout d’ailleurs, c’était marrant de faire le grand écart. Je pense que les gens qui écouteront la compilation savent aussi apprécier ce genre de musique. C’est une manière de montrer qu’Ed Banger est multifacette.

Visited 13 times, 1 visit(s) today