© Mall Grab - issue du clip de "Breathing"

🔊 ” What I Breathe”, le premier album de Mall Grab avec des collabs de folie

Le DJ et pro­duc­teur Mall Grab a sor­ti son — trĂšs attendu- pre­mier album, What I Breathe, via son label Look­ing For Trou­ble. En invi­tant D Dou­ble E et Nov­el­ist, Turn­stile et Nia Archives les fea­tur­ings sont omniprĂ©sents et Ă©clipsent par leur rĂ©us­site les autres morceaux de l’album.

L’artiste aus­tralien s’est  fait con­naĂźtre en 2015, lorsque la house lo-fi Ă©tait en vogue. Au cours des sept derniĂšres annĂ©es, Mall Grab n’a pas arrĂȘtĂ© de se diver­si­fi­er en se pro­duisant sur des gros labels comme Aus Music, Shall Not Fade, Salt Mines, et les siens : Look­ing For Trou­ble et Steel City Dance Discs.

Avec son pre­mier album, Mall Grab sort de sa zone de con­fort en ajoutant à son réper­toire de nou­veaux sons et de nou­velles éner­gies trÚs inspirés par son amour pour la hard­core, le hip-hop et la pop. Et ver­dict, cet album est aus­si doux que les gold­en retriev­ers qui arborent fiÚre­ment la pochette.

P

Pour son pre­mier album, Mall Grab ne s’est pas privĂ©. Il a con­via la fine fleur de la musique actuelle, il con­fia d’ailleurs Ă  ce sujet : ” J’ai eu la chance de tra­vailler avec cer­tains de mes artistes prĂ©fĂ©rĂ©s qui ont vrai­ment Ă©tĂ© la colle de mon pro­jet.”  Par­mi les invitĂ©s, deux fig­ures impor­tantes du grime D Dou­ble E et Nov­el­ist. En rĂ©sulte, “Time’s change”, un dĂ©li­cieux mĂ©lange de jun­gle et de rap. L’artiste illus­tre son envie de dĂ©cloi­son­ner les gen­res. Au sujet de ce morceau, il explique : ” J’ai fait ce beat il y a quelques annĂ©es avec Nov­el­ist en tĂȘte. Une fois qu’il a atteint son stade final, je l’ai con­tac­tĂ©, et il a Ă©crit l’accroche et son cou­plet pen­dant que nous Ă©tions en stu­dio dans l’ouest de Lon­dres – lais­sant com­mod­é­ment la place Ă  un deux­iĂšme cou­plet pour une autre lĂ©gende lon­doni­enne. J’ai eu la chance d’avoir D sur la piste pour le deux­iĂšme cou­plet afin de clore l’album – tous deux ont apportĂ© leur style et leur finesse, faisant ain­si de ce trap l’un de mes prĂ©fĂ©rĂ©s sur le LP.” Et en plus d’ĂȘtre tal­entueux, il est humble !

Sur “Under­stand”, on retrou­ve le chanteur du groupe punk amĂ©ri­cain Turn­stile. Bren­dan Yates, a posĂ© sa voix sur des rythmes hyp­no­tiques, des mĂ©lodies Ă©tince­lantes et des syn­thĂ©s. Le chant ressem­ble plus Ă  des cris du cƓur, le rĂ©sul­tat est poignant. La musique et la voix fusion­nent sans effort. Les derniers mots, “Je ne peux pas com­pren­dre
” nous ont hĂ©ris­sĂ© le poil.

Dans un tout autre reg­istre, la voix de l’é­toile mon­tante de la jun­gle,  Nia Archives, est mag­nifiĂ©e dans “Patience”. Le son flirte avec de nom­breux instru­ments trĂšs aĂ©riens avec des syn­thé­tiseurs et une bat­terie Ă©lec­tron­ique trĂšs douce. Boucles et jeux d’é­chos ren­dent la voix de Nia Archives totale­ment magnĂ©tique.

 

Voir cette pub­li­ca­tion sur Instagram

 

Une pub­li­ca­tion partagée par Jordy (@youngmallgrab)

À pro­pos de l’al­bum, Mall Grab explique : “Il y a beau­coup de sons fam­i­liers sur cet album, aux­quels mes audi­teurs et mes fol­low­ers se sont habituĂ©s et qui m’ont rejoint dans cette plongĂ©e en pro­fondeur. Des Ă©lé­ments de musique de club Ă©mo­tion­nelle mais dure et entraß­nante sont entremĂȘlĂ©s de house, jun­gle, rave et grime. Ma ville d’adop­tion, Lon­dres, a Ă©tĂ© une grande source d’in­spi­ra­tion pour l’évo­lu­tion et la pro­gres­sion de ma musique. Avec What I Breathe, j’ai voulu crĂ©er un ensem­ble d’Ɠu­vres pour tous ceux qui m’ont suivi au cours des six derniĂšres annĂ©es, mais aus­si pour ceux qui ne savent pas encore qui je suis ou ce que je fais.” What I Breathe est une dĂ©mon­stra­tion Ă©cla­tante d’un artiste poly­va­lent dont vous n’avez pas fini d’en­ten­dre parler.

(Vis­itĂ© 444 fois)