Skip to main content
Dour Festival / ©Corentin Loubet
30 juin 2020

5 artistes qu’on ne manquera pas au Dour Festival 2021

par Alix Odorico

Si Dour, l’un des plus célèbres festivals belges, ne tiendra pas sa 32ème édition à cause de vous savez quoi, les programmateurs ont vite tourné la tête vers 2021 en annonçant il y a quelques jours une alléchante liste de premiers noms. Tsugi s’est penché dessus et lâche son top 5, avec en prime, le petit mot du programmateur.

 

Freeze Corleone

Productions lentes, flow saccadé, références à la lean, Freeze Corleone semble nager à contre-courant du rap français. Ses nombreux clins d’œil au rap d’outre-Atlantique et son style laisse à penser que le natif de Seine-Saint-Denis s’est imprégné de la jeune génération désabusée des rappeurs soundclouders. Tout s’accélère pour lui en 2016 avec la sortie du banger « Madara », tiré de F.D.T où les plus de 3,5 millions de vues le propulse sur le devant de la scène hexagonale. Ses thèmes préférés ? La drogue, le basket, la sève de l’actualité américaine, mais surtout les théories du complot (il a développé le 667, un squad de rappeurs au langage codé dont fait notamment partie Osirus Jack).

  • Le mot du programmateur : « Le superhéros indispensable au rap français dont personne ne connaît encore les pouvoirs, mais dont la devise ‘Ekip’ sort le rap d’aujourd’hui du moule dans lequel trop d’artistes tentent de s’installer. »

 

À lire également
5 artistes qui font la drill en France

 

Princess Nokia

Celle que l’on appelle Princess Nokia – cette ado vissée sur son vélo, téléphone à l’oreille, alors qu’elle arpentait les rues de Harlem pour vendre de l’herbe aux clients – débarque dans le milieu du rap US en 2017 comme une comète, à la différence près qu’elle ne s’est jamais éteinte. Son pass crédibilité se nomme « Tomboy » sur sa mixtape 1992 Deluxe (2017). Une release agressive où le débit de voix de la jeune américaine pousserait presque la comparaison avec l’iconique M.I.A.. Trois ans après sa première sortie, la Portoricaine vient de sortir deux albums cette année, une idée légèrement bipolaire où elle scinde son identité en deux, une pour chaque facette de sa personnalité. Ainsi le sombre Everything Sucks, où tout part littéralement en vrille, est une ode au chaos et au pessimisme de l’artiste. Son autre versant, Everything Is Beautiful laisse penser qu’il lui reste une lueur d’espoir et de foi en ce monde. Un talent à (re)découvrir l’été prochain.

  • Le mot du programmateur : « La fraicheur new-yorkaise mêlée au féminisme engagé avec un côté badass authentique, à contre-courant des clichés du genre. »

 

Palms Trax

L’ancien de Lobster Theremin s’est rapidement fait un nom en proposant une house à mi-chemin entre les deux écoles, que sont Detroit et Chicago. Une plus-value qui n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd puisque ce n’est autre que le prestigieux label Dekmantel qui l’enrôlera dans son roster en 2015. Une aubaine pour Jay Donaldson, de son vrai nom, qui affûtera son style lors des événements annuels du label hollandais ou sur les ondes anglaises de NTS Radio ou la BBC Radio.

  • Le mot du programmateur : « Le Professeur Tournesol du digging dont le pendule ne renseigne que des trésors ensevelis et les expériences font exploser les pistes de danse. »

 

Honey Dijon

Chicago, Honey Dijon y est originaire, et cela s’entend dans ses sets. Sa voix soul se marie parfaitement, aussi bien sur des beats house, disco que techno. Sinon, elle touche aussi au milieu de la mode et est une ardente défenseure de la cause transgenre. Activiste d’une scène Queer qui se démocratise (enfin), elle en sera la représentante pour cette édition 2021.

  • Le mot du programmateur : « On promeut beaucoup de hip-hop à Bourges et on voulait faire un focus sur les artistes féminines. Ce n’est pas qu’il n’y en a pas, mais elles ont du mal à être médiatisées. Quand on a vu que nos amis de La Souterraine s’étaient penchés sur le sujet, on a voulu s’appuyer dessus. On a aussi appelé ça « Rap Souterraine » parce que c’est un rap très underground, très engagé, très rageur. »

 

Kings Of The Rollers & Inja

Prenez les trois membres qui forment Kings Of The Rollers avec Inja – l’un des producteurs britannique les plus influents de ces dernières décennies – et vous obtenez un cocktail explosif naviguant entre jungle, drum & bass et UK bass. Leurs productions, à huit mains, explorent le large spectre musical qu’est de la scène underground anglaise. Leurs aficionados sont prévenus.

  • Le mot du programmateur : « Une milice de producteurs, DJs et MCs qui mitraillent les dancefloors de bangers drum’n’bass au canon scié. »

La 32e édition du Dour Festival se tiendra du 14 au 18 Juillet 2021

Ouverture de la billetterie super early-bird le 1er juillet

Visited 26 times, 1 visit(s) today