De gauche à droite, UNIIQU3, SHERELLE, I.JORDAN, LB aka LABAT, Azo © Dour Festival

8 artistes électroniques qu’on adore, à ne surtout pas manquer à Dour

Fes­ti­val aux quelques 220 artistes répar­tis sur cinq jours et huit scènes, elles-même dis­simulées sur un immense ter­rain foulé par 251 000 fes­ti­va­liers (chiffre de 2019, année record)… Dour vous donne le tour­nis ? C’est rien, c’est “Doureu­u­uh”. Pour vous aider voici une sélec­tion bien tsug­i­en­ne d’artistes de musiques élec­tron­iques, pas encore tout à fait en haut de l’af­fiche, qu’il ne fau­dra pas man­quer lors de ce fes­ti­val XXL.

Du New Jer­sey aux town­ships de Pre­to­ria en pas­sant par Lyon ou Lon­dres, ce sont huit artistes de tous hori­zons de la dance music que nous vous sug­gérons au tra­vers de cette sélection.

UNIIQU3

Indéboulonnable “Queen” du Jer­sey Club, UNIIQU3 trau­ma­tise les dance­floors depuis 2014 à coups de bass­es lancées entre 130 et 140 BPM ponc­tuées de break­beats et de sam­ples R&B typ­ique du genre. La DJ est égale­ment pro­duc­trice. L’Améri­caine est à la créa­tion du superbe pro­jet Heart­Beats où elle reprend les codes du Jer­sey Club. Dedans, la sen­su­al­ité d’habi­tude exprimée par des sam­ples de grince­ment de lit laisse place à la voix auto­tunée de UNIIQU3. Ajoutez à cela les bass­es, et ça bounce.

SHERELLE

Recon­nue pour ses DJ-sets rave et drum n’bass, la Bri­tan­nique de 28 ans n’en est plus à son coup d’es­sai à Dour. En novem­bre dernier, le club mythique Fab­ric lui a même dédié un de ses for­mats DJ Mix. En 2020, SHERELLE est recon­nue meilleure DJ bri­tan­nique de l’an­née par DJMag, elle gagne égale­ment le mix 2020 de BBC Radio 1 Essen­tial… Seule­ment un an après s’être fait remar­quer lors d’une Boil­er Room mémorable, mar­quée par le mix sur­volté du banger drum n’bass Rip­groove de Dou­ble 99 vs Fix­ate. Dour, prêt pour un aller sim­ple direc­tion Londres ?

Vigro Deep

Il est cer­taine­ment l’un des pro­duc­teurs les plus intéres­sants d’Afrique du Sud et l’un des chefs de file de l’amapi­ano actuel. Vigro Deep a choisi de mix­er les morceaux envoutants du genre, descen­dant du Kwaito et infusé de house music, proche de la dance music là où d’autres ont choisi de rester proche de l’essence du Kwaito, beau­coup plus jazz et soul. La musique de Vigro Deep est une porte ouverte sur toute la cul­ture dance­hall sud-africaine, alors ce serait dom­mage de rater ça.

 

À lire également
L’amapiano c’est quoi déjà ? Réponse en 5 morceaux à poncer tout l’été

 

Azo

Les gen­res du dance­hall c’est génial et c’est indé­ni­able, mais que serait une bonne vieille sélec­tion réal­isée par nos soins sans sa touche de tech­no et d’acid man­cu­ni­enne ? Les mix­es de Azo sont la solu­tion. La Belge pro­pose une musique qui vous cat­a­pulte outre-Atlantique, à Détroit grâce à sa tech­no créée à par­tir de ses syn­thé­tiseurs et ses boîtes à rythmes analogiques. Une petite danse ?

I.Jordan

On lâche les sym­phonies analogiques de la tech­no pour la dance music anglaise d’In­dia Jor­dan ou plutôt I.Jordan, comme elle souhaite être désor­mais appelée depuis le 30 mai. D’abord organ­isatrice saluée de soirées de l’autre côté de la Manche. I.Jordan s’est ensuite fait remar­quer pour ses tal­ents de pro­duc­trice. La native de Don­cast­er pro­pose des instru­men­tales au tem­po rapi­de et dansant à souhait, empruntes de ryth­miques house et breakées. Besoin d’é­couter ? Son troisième EP, Watch Out!, vous tend les bras.

LB aka LABAT

Depuis le lance­ment de son label Poum­pet Records, LB aka LABAT s’est don­né pour objec­tif de sor­tir un morceau par mois. Tan­tôt dans une ambiance hip-house tan­tôt plus breakées, ses pro­duc­tions évolu­ent au fil de ses envies et de ses influ­ences. Après avoir tout retourné aux Trans­Mu­si­cales à Rennes ou à Nuits Sonores du côté de Lyon, sa ville natale, on ne doute pas une seule sec­onde de sa capac­ité à emmen­er avec lui un pub­lic mul­ti­cul­turel comme celui de Dour.

 

À lire également
LB aka LABAT lâche un banger éclatant entre hip-hop et house sur son label

 

crystallmess 

LB aka LABAT les appré­cie, crys­talmess en a fait sa spé­cial­ité dans ses DJ sets… La DJ parisi­enne se démar­que avec des morceaux foot­work, trap et rap hard­core dans ses mix­es. Un savant mélange qui lui a per­mis avec son EP Mere Nois­es de se faire repér­er par les quelques VTSS, Kode9 ou encore Split. Un joli gage de qual­ité, non ?

Yung Singh

On finit ce tour d’hori­zon des artistes à ne pas man­quer à Dour en repas­sant par Lon­dres, ville du grand patron du Pun­jabi Garage, Yung Singh. Ce DJ-producteur, comme tant d’autres issus du mou­ve­ment Asian Under­ground, mixe ses influ­ences indi­ennes de la région du Pend­jab au Nord-Ouest de l’Inde avec les sonorités élec­tron­iques de la scène bri­tan­nique. Le résul­tat qui s’en dégage est un savoureux mélange entre musique tra­di­tion­nelle du Pend­jab et drum n’bass, entre la rave et la house du Royaume-Uni.

(Vis­ité 1 431 fois)