© Capture d'écran live KEXP

Quand Mike de Stranger Things avait un groupe de rock indé

Entre 2016 et 2019, en plus d’être à l’af­fiche de la série Stranger Things, Finn Wolfhard était leader d’un groupe indie : Calpur­nia. À l’oc­ca­sion de la sor­tie du vol­ume deux de la sai­son 4 de la série, on a décidé de se rep­longer dans le mood très Twin Peaks du groupe.

Ce 1er juil­let sort sur Net­flix la par­tie deux de la sai­son 4 de Stranger Things. Enfin ! Autant dire qu’après trois ans d’ab­sence ‑on binge-watchait la sai­son 3 durant l’été canic­u­laire pré-covid- la série a su combler les fans avec la pre­mier vol­ume de cette nou­velle sai­son. Les memes sur Vec­na, le nou­veau bad mon­ster, se sont enchaîné sur Tik­tok, et les titres de la bo sont devenus des ten­dances sur l’ap­pli­ca­tion : “Run­ning Up that Hill” de Kate Bush, “Pass the Dutchie” de Musi­cal Youth. Et oui, entre le début de la série et aujour­d’hui beau­coup de choses ont changé — pas que la pandémie. Car cela fait  main­tenant six ans qu’on observe grandir à l’écran ‑ou que nous grandissons/ vieil­lis­sons avec eux- Finn Wolfhard, Mil­lie Bob­by Brown, Noah Schnapp, Caleb McLaugh­lin et Gat­en Matarazzo.

Mais saviez-vous qu’à l’époque de l’an­cien temps (avant 2019), Finn Wolfhard, en plus d’être le leader d’un groupe de potes un peu geek, était aus­si le chanteur et gui­tariste d’un groupe indie cana­di­en, appelé Calpur­nia ? Ça vous revient main­tenant ? Comme un flash de sou­venirs de soirée hon­teux qu’on aurait préféré oublier.

Calpur­nia c’é­tait Finn Wolfhard donc, mais aus­si Mal­colm Craig, Ayla Tesler-Mabe et Jack Ander­son. Le groupe d’a­dos a existé de 2017 à 2019, et a dropp quelques sin­gles et un EP, Scout . Ambiance cool indie kids — lit­térale­ment vu leur âge‑, influ­ences Twin Peaks à 90% — le groupe préféré de Finn Wolfhard‑, vibes surf rock à la Surf Curse et voix dis­tante et nasil­larde à la “Where is my mind” des Pix­ies. Un beau mélange. Men­tion spé­ciale à leur dernier sin­gle stroksien “Cell”, où Finn se la joue Julian Casablan­cas avec sa voie distordue.

En 2018, Calpur­nia enreg­is­trait d’ailleurs un live pour la radio musi­cale améri­caine KEXP, à décou­vrir ci-dessous. On vous laisse maîtres juges. Per­son­nelle­ment on hésite entre l’im­pres­sion d’as­sis­ter à un con­cert de fin d’an­née d’un groupe au lycée (ce qu’ils étaient) qui mérit­erait de chercher un peu plus son iden­tité musi­cale et le kiff de voir ces jeunes gens ‑et notre Mike, donc- s’a­muser et maîtris­er leurs instru­ments, surtout la gui­tariste Ayla Tesler-Mab.

(Vis­ité 784 fois)