A voir : De La Romance sonne la révolte dans le clip de “Tempête”

Dans la tem­pête tes yeux se plis­sent, les oiseaux chantent le manque d’amour”. Après avoir dévoilé “Dream­er” et “Une Vague”, le producteur‐batteur de pop élec­tron­ique De La Romance clippe un nou­v­el extrait de son album Dream­ers. Dans cette vidéo réal­isée par Louis Vig­nat, on retrou­ve une esthé­tique en noir et blanc qui rap­pelle La Haine de Math­ieu Kasso­vitz et invoque même Amer­i­can His­to­ry X deTony Kaye (avec notam­ment un plan de fumée crachée au vis­age). Deux films qui, comme le clip, ques­tion­nent à leur manière une jeunesse en mal de recon­nais­sance, d’amour et qui sug­gèrent -sans jamais l’exprimer- un besoin latent de lib­erté. Dans le dernier clip de De La Romance, on suit une jeune tram­polin­iste jouée par Lilou Ruel, qui s’ennuie au coeur d’une famille morose dans une cité berli­noise. Grâce au sport, elle trou­ve un échap­pa­toire. Elle cherche surtout son alter‐ego et le trou­vera dans la voix de Louise Roam, qui lui con­seille de s’enfuir : “La nuit meurt, you’d bet­ter run”. 

La musique élec­tron­ique de Vin­cent Girault -alias De La Romance‐ épouse le thème de la vidéo : elle crée l’inconfort avec un kick sourd pour débuter, puis une basse lourde, des syn­thés métalliques et une gui­tare claire, pour installer l’angoisse -comme le fai­sait à mer­veille Pink Floyd dans “Wel­come To The Machine”. Au fil du titre, des accords majeurs et quelques vio­lons amè­nent un nou­veau souf­fle libéra­teur… ‘Tem­pête” porte l’auditeur de l’étouffement jusqu’à l’évasion et au lâcher‐prise.

(Re-)découvrez Dream­ers, le dernier album de De La Romance pub­lié le 24 août dernier chez Hold On… Et retrouvez‐le en live ce 27 novem­bre à l’International, ou le 7 décem­bre à Rennes pour le fes­ti­val Bars en Trans.

Plus d’infos sur la page Face­book de De La Romance

(Vis­ité 464 fois)