A voir : “InFiné : 10 Years”, le docu racontant l’histoire de l’excellent label qui a découvert Rone (entre autres !)

Rone, Francesco Tris­tano, Cubenx, Bachar Mar‐Khalifé, Dan­ton Eep­rom, Appa­rat, Oxia, Clara Moto, fut un temps Ago­ria ou Auf­gang… L’histoire d’InFiné s’est con­stru­ite autour de grands artistes. Pas for­cé­ment les plus main­stream, pas for­cé­ment les plus faciles d’accès. Et surtout, ne ren­trant pas for­cé­ment dans des petites cas­es faciles à class­er, à la fois label de musique clas­sique hybride, mai­son élec­tron­ique, accom­pa­g­na­teur de jeunes et class­es pro­jets et sou­tien de faiseur de tubes. “La ligne d’InFiné, c’est qu’il n’y a pas de ligne”, racon­te Antoine Dabrows­ki, Mon­sieur Tsu­gi Radio, dans un docu dédié au label. InFiné fête en effet ses dix ans cette année, l’occasion pour les réal­isa­teurs Louis Muller et Pierre Adam­czyk de sor­tir un petit docu à pro­pos de cette mai­son sin­gulière. On y croise plusieurs artistes du label créé par Alexan­dre Cazac, Yan­nick Matray et Ago­ria : Vanes­sa Wag­n­er et Mur­cof pour la ren­con­tre classique‐ambient, Francesco Tris­tano qui avec Carl Craig (entre autres) donne un coup de fou­et tech­no à son piano sur Ver­sus, la belle his­toire Rone… Une affaire de ren­con­tres et de bar­rières styl­is­tiques dégom­mées.

InFiné : 10 Years, c’est aus­si l’occasion de repar­ler des regret­tés Work­shops, sorte d’incubateurs pous­sant les artistes à échang­er et à col­la­bor­er. C’est là que Vanes­sa Wag­n­er a com­mencé à tra­vailler avec Mur­cof (un album, Statea, est né cette année de cette ren­con­tre) ou que le vio­lon­cel­liste Gas­par Claus, du trio Vacarm, a pu don­ner un con­cert en com­pag­nie de son père Pedro Sol­er, gui­tariste culte fla­men­co (avec à la clé, encore, un album). Le tout dans le cadre mag­ique des car­rières du Nor­man­doux, per­du dans la pam­pa, où les spec­ta­teurs, les artistes et les gens du label se mélan­gent. L’occasion enfin d’évoquer Explor­er, la série de com­pi­la­tions con­coc­tée par le label pour faire le plein de décou­vertes.

InFiné, c’est beau­coup de choses. Beau­coup de pro­jets, beau­coup de styles dif­férents, de per­son­nal­ités, de départs et d’arrivées, sans suiv­re les modes, sans s’imposer de lim­ite. Et c’est bien pour ça que le label nous fascine, depuis dix ans déjà.

(Vis­ité 505 fois)