Skip to main content
15 novembre 2016

Agoria nous a parlé de la création de son label Sapiens

par Patrice BARDOT

La fin d’année est explosive pour Agoria… En plus de sortir un nouvel EP, Up All Night, le DJ et producteur Lyonnais désormais basé à Paris, annonce la création de son propre label : Sapiens. On lui a posé quelques questions pour qu’il nous explique son concept et ses projets.

Qu’est ce qui t’a décidé à créer un nouveau label, cinq ans pile après ton départ de InFiné ?

La folie sans doute ! Quelle idée de faire un label en 2016 ! Plus sérieusement, j’ai cette envie depuis longtemps. J’étais à deux doigts de lancer un nouveau label avec Laurent Garnier en 2012 suite à l’histoire Infiné puis j’ai déménagé en Italie, ce qui m’y a fait renoncer. Paris est la principale raison pour laquelle je me lance dans cette nouvelle histoire. Depuis mon arrivée ici, il y a un peu plus de 2 ans, j’ai rencontré énormément d’artistes dans plusieurs domaines qui me sont chers: la musique bien sûr mais aussi le cinema, l’art contemporain, la littérature voire la politique. Faire un label est très chronophage mais cela s’est naturellement imposé au fil des rencontres à la fois comme une évidence et presque comme un devoir.

A lire le communiqué de presse, on comprend que c’est pluri-disciplinaire, peux tu nous préciser le concept ?

Même si j’adore la tarte à la crème, je ne suis pas un grand fan du mot pluri-disciplinaire ! Cela résonne un peu comme un terme technocrate pour une présentation power point ! Disons que je me moque un peu du titre officiel ou de la fonction usuelle des artistes ou des personnalités qui vont faire partie de l’aventure Sapiens. La porte est grande ouverte à tous ceux qui ont quelque chose à raconter, à incarner. Qu’il s’agisse d’un réalisateur, d’un sound designer, d’une femme politique, d’un adolescent de 16ans qui fait de la musique dans sa chambre ou d’un plasticien, ils sont tous les bienvenus. Concrètement cela veut dire que je pourrais par exemple donner les clés d’une compilation à un réal, enregistrer un discours politique sur vinyl, signer les premiers morceaux d’un ado, sortir les remixes d’un anthem techno, demander à un sound designer de créer un event. L’idée est de transmettre une parole libre, rebelle et intime.

Pourquoi ce nom Sapiens ?

Je réfléchissais à un nom avec mon associée Brigitte Maccioni quand je lui ai évoqué la lecture du livre de Yuval Noah Hariri « Sapiens » . Il s’est imposé à nous comme une évidence.

Est ce que tu vas le gérer quotidiennement ou est ce qu’il y a une équipe autour de toi ?

Les deux mon capitaine.

L’équilibre économique d’un label indépendant est fragile, est ce que tu es une sorte de philanthrope du XXIeme siècle ?

La musique m’a beaucoup donné, nourri, fait voyager dans le monde entier. Encore la semaine dernière j’avais la chance d’être invité à Tokyo, Singapour, Hong Kong et Noumea où j’ai pu découvrir un des lieux les plus magiques qu’il m’ait été donné de visiter: l’île des pins. Je ne pense pas être un philanthrope mais je crois que l’art en général peut donner des impulsions pour un nouvelle façon de vivre. Si je peux partager à mon petit niveau les idéaux qui sont les miens, je dormirai mieux.

Quelles seront les prochaines sorties du label ?

Suite à « Up all night » que j’ai enregistré avec mon ami Rami Khalife et les remixes de Gerd Janson et Eagles and Butterflies, les 2 prochains EP qui arriveront dès début 2017 seront proches de mon univers club avant de dévoiler les prochaines facettes.

Est ce que ce sera plutôt des “one shots” ou bien est ce que tu désires suivre la carrière d’un artiste comme tu l’a fait chez Infiné avec Rone ou Danton Eeprom par exemple ?

J’ai beaucoup de plaisir à participer à l’émancipation des artistes. Je suis ravi de voir le parcours de Rone par exemple en France. Je crois que cette énergie vient de mes débuts dans les années rave et du fait que nous étions tous logés au même plan, sans starification, les coudes serrés pour exister. Mais cela dépend beaucoup des artistes eux-mêmes, de leur parcours, de leurs doutes et de leurs envies. J’ai toujours été là pour ceux qui avaient besoin de moi, qu’ils fassent partie de mes proches ou pas.

Quand est ce que sortira ton prochain album et peux tu déjà nous parler de son orientation musicale ?

Il sortira en 2017. Il est un peu tôt pour en parler 🙂

Vous pouvez dès maintenant pré-commander le nouvel EP d’Agoria, juste ici.

Visited 19 times, 1 visit(s) today

Leave a Reply