Animal Collective — Painting With

Extrait du numéro 89 de Tsu­gi, févri­er 2016.

Cela fait déjà quinze ans qu’Ani­mal Col­lec­tive oeu­vre à la créa­tion d’une pop nou­velle, brisant les codes du genre pour mieux les réin­ven­ter. Enchaî­nant les albums (on doit en être au douz­ième, sauf erreur), sou­vent exci­tants, par­fois bar­bants, ils ont mouil­lé le mail­lot comme peu d’autres groupes pour échap­per aux for­mats réac­tion­naires sans s’enfermer dans une tour d’ivoire expéri­men­tale et per­dre le pub­lic en chemin.

Hon­nête­ment, dans le genre, ce nou­v­el album euphorique et inven­tif est un excel­lent cru. “Flori­Da­da”, le titre d’ouverture est la quin­tes­sence de ce que le trio améri­cain peut pro­duire de mieux. Le nom même de “Flori­Da­da” sonne d’ailleurs comme un man­i­feste : le soleil de la Floride (les vacances, la mer, la chaleur) et la folie dadaïste. Pour­tant, mal­gré plusieurs autres morceaux tout aus­si sautil­lants, comme “Bagels In Kiev” ou “The Bur­glars”, dif­fi­cile de ne pas arriv­er au bout de ce disque sans le sen­ti­ment que le groupe tourne un peu en rond. Les fans vont ador­er, les autres détester. Comme d’habitude quoi. (Alex­is Bernier)

Si vous êtes plutôt Spotify : 

Paint­ing With (Domino/Sony Music), sor­ti le 19 février. 

(Vis­ité 88 fois)