©Aidan Zamiri

Artiste Tsugi à suivre : Shygirl, étrange et fascinante nouvelle étoile de l’expérimentale

À l’occasion de son nou­v­el EP Alias sur Because Music, la Lon­doni­enne Shy­girl gagne sa carte mem­bre du club très fer­mé des “artistes à suiv­re de Tsugi”.

Shygirl

Art­work / ©Hen­drik Schneider

C’est l’é­toile mon­tante de cette con­stel­la­tion coincée entre pop et exper­i­men­tal comme SOPHIE ou, sur cer­taines chan­sons, Ros­alia : Shy­girl donne l’im­pres­sion d’être un peu partout, adulée de beau­coup de monde. Une impres­sion­nante ascen­sion qui a com­mencé avec son appari­tion sur le dernier album de la prêtresse de la musique expéri­men­tale Arca sor­ti en juin dernier, KiCk I, avec qui elle sig­nait le titre “Watch”. Validée par Arca mais égale­ment SOPHIE (en fea­tur­ing sur “Inside Out”), Shy­girl était intro­duite dans cette scène par la grande porte. Puis il y a eu la sor­tie remar­quée de “FREAK”, pre­mier extrait de son EP Alias, avec un clip en 3D, un art­work qui dérange et un style entre rap et pop élec­tron­ique, et alors Shy­girl a su asseoir son statut de jeune pépite à suiv­re de près.

Jeune pépite, mais pas ama­teure : depuis 2016, elle est à la tête du label lon­donien NUXXE (se prononce “nioux­ie”) qu’elle a fondé avec la Française Coucou Chloé (une autre Française y est égale­ment affil­iée : Oklou, une autre de nos artistes Tsu­gi à suiv­re, tiens, tiens…). NUXXE a rapi­de­ment su faire sa place dans la scène under­ground grâce à son univers unique, sa elec­tron­i­ca inquié­tante et fasci­nante qui emprunte au trip-hop, au gab­ber, la pop, la trap et d’autres encore, et ses références aux jeux vidéo.

Des références qu’on retrou­ve dans l’EP de Shy­girl : elle y incar­ne qua­tre avatars aux allures de poupées Bratz virtuelles, qui sont en fait les alias ou alter ego d’une seule et même per­son­ne, elle. Nom­més Bonk, Bovine, Bad­dy et Bae, ces alias pren­nent vie dans les clips qui accom­pa­g­nent l’EP et incar­nent cha­cun un trait de per­son­nal­ité dif­férent. Tsu­gi est allé deman­der à Shy­girl d’où venait toute cette imagination.

Je pense qu’être timide est défini­tive­ment l’op­posé de ma per­son­nal­ité. Peut-être que c’est ça, le vrai alias.”

shygirl

Les dif­férents alias de Shy­girl / ©DR

shygirl

©Aidan Zamiri

Qu’as-tu voulu faire avec cet EP ?

Je me suis sim­ple­ment lais­sée expéri­menter et explor­er les vibes entre moi et mes col­lab­o­ra­teurs. J’ai fait con­fi­ance à mes instincts et j’ai suivi mes pas­sions et envies.

Où trouves-tu les inspi­ra­tions de ton univers si unique ? 

Partout ! Mais je suis surtout influ­encée par la science-fiction et la fan­taisie au ciné­ma et en lit­téra­ture, et aus­si par mes pro­pres désires et relations.

Les alias que tu as créés, ils représen­tent cha­cun une par­tie de toi ? 

Ces alias sont une manière drôle de mon­tr­er les dif­férentes facettes de ma per­son­nal­ité. Les gens aiment réduire et con­denser les choses en petites bouchées pour mieux dévorer…

Si tu devais décrire l’EP à tes par­ents en quelques mots ? 

Indul­gent envers moi-même ; typ­ique­ment moi.

Tout le monde se demande si tu es vrai­ment timide, puisque tu as choisi de t’ap­pel­er “fille timide”… Qu’en est-il en réalité ? 

Je pense qu’être timide est défini­tive­ment l’op­posé de ma per­son­nal­ité. Peut-être que c’est ça, le vrai alias.




(Vis­ité 661 fois)