Autechre en couv’ de Tsugi 116, en kiosque mardi 9 octobre !

D’abord une bonne nou­velle: vous avez été plus nom­breux que jamais à vous pas­sion­ner pour notre numéro d’été avec Manu Le Malin en cou­ver­ture. Mer­ci à vous et mer­ci bien sûr à Manu de nous avoir accordé du temps afin de réalis­er une pal­pi­tante inter­view au long cours. Même si les styles et les per­son­nal­ités diver­gent (quoi que…), on peut appli­quer les mêmes qual­i­fi­cat­ifs à cette Une con­sacrant le duo légendaire Sean Booth et Rob Brown, alias Autechre, qui, lui non plus, n’a pas jeté un œil sur le chronomètre pour se con­fi­er en exclu­siv­ité au jour­nal­iste, spé­cial­iste des Man­cu­niens de chez Warp, Olivi­er Lamm, que nous accueil­lons avec grand plaisir pour la pre­mière fois dans ces pages. Rien de mieux que de pass­er un long moment avec des artistes, même si c’est comme ici via Skype. Une évi­dence, pour­tant bal­ayée pen­dant de longues années par des inter­views de couv’ expédiées en 15 min­utes top chrono au fil de la déca­dence de l’industrie et de la presse musi­cale. Les temps ont heureuse­ment changé. Si nous avons survécu et nos lecteurs avec, c’est bien parce que nous n’avons jamais accep­té de ren­con­tr­er un artiste dans n’importe quelles con­di­tions. Dans l’intérêt de tous.

Vous retrou­verez égale­ment dans ce numéro un CD mixé par Mar­cel Dettmann, la chronique de notre album du mois signé Safia Nolin, la révéla­tion Angèle au blind­test, Cat Pow­er racon­tant ses neuf vies, des por­traits d’Agar Agar, Flavien Berg­er, Marie David­son, Empress Of, Os Ex‐Fumantes, une enquête sur les béné­fices qu’engrange un track joué en club, une nuit marathon avec Jazzy Bazz Et comme d’habitude votre lot de chroniques, compte‐rendus de fes­ti­vals, bons plans, tests de matériel et autres ren­con­tres… Retrou­vez votre Tsu­gi, 116ème du nom, en kiosque ou sur notre bou­tique en ligne à par­tir du mar­di 9 octo­bre. En atten­dant, vu qu’on est sym­pa, voilà le début de l’interview d’Autechre par Olivi­er Lamm :

Avec son ambitieux nou­veau pro­jet NTS Ses­sions 1–4 – huit heures de musique inédite enreg­istrée en direct sur la webra­dio NTS –, le duo anglais Autechre, pili­er de l’écurie Warp depuis le début des années 90, repousse encore un peu plus ses pro­pres lim­ites. Entre­tien avec deux lab­o­ran­tins élec­tron­iques qui n’ont jamais cessé de s’amuser.

1987, ban­lieue de Man­ches­ter. Dans un monde par­al­lèle à celui où est en train d’exploser l’acid house, deux gamins fans de Mantron­ix et de graf­fi­ti devi­en­nent amis. Ils n’ont qu’un matériel très som­maire à dis­po­si­tion, mais la tête rem­plie d’un mag­ma incan­des­cent de polyry­th­mies furieuses et des sons inouïs. À la mai­son, dans des fêtes, sur des radios pirates, Sean Booth et Rob Brown amassent, mélan­gent et défor­ment tout ce qui sonne neuf à leurs oreilles, blips, break­beats, déchets soniques, charleys. Leurs bal­bu­tiements – réu­nis sur le mini‐album Lego Feet, qui paraît en 1991 – n’en sont pas du tout, à tel point qu’on se demande si le duo n’est pas né vir­tu­ose du jour au lende­main. La musique, surtout, est rad­i­cale­ment autre, ni tout fait expéri­men­tal, ni hip‐hop, ni tech­no. Ambitieux, Booth et Brown envoient une cas­sette de leurs bid­ules les plus intens­es à Warp, mai­son emblème d’un genre hard et auda­cieux de tech­no qui a fait de beaux suc­cès, la bleep. C’est encore un peu tôt, mais Steve Beck­ett garde dans un coin de tête qu’il a été bluffé par ce qu’il a écouté. Un an plus tard, Booth lui par­le au télé­phone: “On a des nou­veaux morceaux pour vous, qui ressem­blent un peu à du LFO, mais avec des rythmes plus intéres­sants.” Et tout se met en mou­ve­ment.

Car non seule­ment Warp veut sign­er le duo – qui a récem­ment adop­té le nom étrange d’Autechre –, mais en faire la tête de proue d’une com­pi­la­tion qui va tout chang­er, l’ironiquement titrée Arti­fi­cial Intel­li­gence. Suc­cès et buzz médi­a­tique aidant, Warp devient l’emblème d’une musique élec­tron­ique sans nom, qui n’est ni de l’ambient ni de la dance, non plus l’ambient house en vogue dans les chill­outs. Et Autechre, qui n’est certes pas seul dans son explo­ration, devient l’élément per­tur­ba­teur n°1 de cette “musique élec­tron­ique intel­li­gente” qui n’avait pas demandé tant d’honneurs. La suite, dont on suit le déroulé au fil d’une des discogra­phies les plus fasci­nantes de ces trente dernières années, ne sera qu’une folle fuite vers l’avant, indé­cente d’impudence puisque chaque nou­v­el album ambi­tionne de ren­voy­er celui qui l’a précédé à l’obsolescence. Fatale­ment, Autechre en lâchera plus d’un sur le bas‐côté — on ne compte pas les “fans” de tel ou tel album qui ont “décroché” à tel ou tel moment décisif de son évo­lu­tion. D’autres, plus per­sévérants, con­tin­u­ent à con­sid­ér­er la musique de Booth et Brown comme l’une des plus pré­cieuses de notre moder­nité. Trente après leurs débuts et une rib­am­belle mag­nifique de rup­tures par­ti­c­ulière­ment auda­cieuses, ils sor­tent NTS Ses­sions, huit heures d’œuvres inédites et plus libres que jamais, d’abord offertes aux audi­teurs con­nec­tés de la web radio lon­doni­enne du même nom, et que les intéressés n’envisagent même pas comme un bilan, seule­ment une étape par­mi d’autres dans leur folle embardée vers l’inconnu.

Crédit pho­to : Baf­ic

Considérez‐vous ces huit heures de musique comme un geste rad­i­cal?

Sean Booth: Du point de vue de la quan­tité de tra­vail que ça nous a demandé, peut‐être…

Rob Brown: Nous sommes tout de même con­scients que nous divi­sons par deux, au min­i­mum, le nom­bre d’auditeurs poten­tiels parce que la plu­part des morceaux sont très longs. Les autres sont assez recon­nais­sants pour l’accomplissement que ces morceaux très longs représen­tent. J’aime beau­coup ceux qui dis­ent: “C’est long, mais c’est dif­férent”. C’est vrai que la musique de ces ses­sions est intense, mais dif­férem­ment. Pas comme un album. Plutôt comme une ses­sion radio. Si ce pro­jet est auda­cieux, c’est dans sa manière de chevauch­er plusieurs ter­ri­toires.

SB: Si un album de huit heures est révo­lu­tion­naire, c’est que le monde est ennuyeux à en crev­er. Bien sûr que c’est absur­de­ment long, et très dif­fi­cile à digér­er. Pour­tant, cette musique est tou­jours celle que nous aimons écouter. C’est plus sim­ple que ça en a l’air. Quand les gens de la radio en ligne NTS nous ont invités à occu­per qua­tre fois deux heures de leur antenne, ils s’attendaient à ce que nous leur propo­sions un mix. Quand nous avons pen­sé à rem­plir ces huit heures de musique inédite, nous avons tout de suite pen­sé que huit heures d’Autechre dépas­saient du “cadre” de la nor­mal­ité dans les grandes largeurs.

RB: Tout est affaire de con­texte. D’autres artistes ont com­posé des pièces de musique très longues avant nous.

SB: Des morceaux longs, j’en écoute depuis la fin des années 1980, d’abord Eno et l’ambient, puis Bern­hard Gün­ter et les gens du label Selek­tion, The Hafler Trio, Kevin Drumm, Daniel Menche, Roland Kayn… Pourquoi serions‐nous plus rad­i­caux que ces gens ?

… La suite à décou­vrir en kiosque ou sur notre bou­tique en ligne à par­tir du mar­di 9 octo­bre !

(Vis­ité 1 242 fois)