Catching Bad Temper”, l’album musclé de Puts Marie entre rock progressif, jazz et hip-hop

Le secret le mieux gardé de la scène indé suisse? Le club des cinq de Puts Marie revient tout en puis­sance avec Catch­ing Bad Tem­per : un disque à la croisée du rock pro­gres­sif, du jazz et du hip-hop pour un ren­du fausse­ment foutraque. Avant d’embarquer sur les routes sin­ueuses de ce cinquième album, Puts Marie a eu le temps de jeter un coup d’oeil dans le rétro : quinze ans de tra­vail com­mun, des tournées à la pelle, puis une par­en­thèse de trois ans his­toire de laiss­er cours à leurs pro­jets solo, avant de se retrou­ver en stu­dio pour sor­tir l’im­posant Masoch I — II en 2015. “Je trou­ve très beau que cha­cun d’entre nous gran­disse indi­vidu­elle­ment avec ses goûts et ses désirs, mais que nous nous retrou­vions tou­jours sur la même longueur d’onde quand il s’agit de jouer ensem­ble”, con­fesse le leader Max Usa­ta. Et la recette sem­ble tou­jours fonc­tion­ner, au regard des sept titres mus­clés qui for­ment l’al­bum Catch­ing Bad Tem­per, fraîche­ment pub­lié chez Yotan­ka.

Avec ce disque, les Helvètes dessi­nent les con­tours d’un univers ras­sur­ant et fam­i­li­er, ouvert aux sur­pris­es savam­ment orchestrées. Le pre­mier sin­gle “Cata­lan Heat”, envoyé en éclaireur, annonçait déjà la couleur : rythmes lorgnant sur le hip-hop, gui­tares aigu­isées comme des couteaux pour finir sur un ambiance grunge et fuzzy à la fois. “C’mon” emboîte le pas et s’of­fre même un clip déli­cieuse­ment per­tur­bant plein de découpages (ci-dessus) pour accom­pa­g­n­er ce titre post-punk au riff gras et acide, qui invite les phrasés rap de Max Usa­ta dans un style rap­pelant vague­ment les Beast­ie BoysCatch­ing Bad Tem­per est surtout un nou­veau ter­rain de jeu, tou­jours plus libre, où les titres s’é­tal­ent et s’al­lon­gent pour laiss­er place aux diva­ga­tions de Puts Marie. “Indi­an Girl” se repose sere­ine­ment sur un rythme lent et une gui­tare clin­quante bour­rée d’é­cho, les grattes sat­urent durant les ‑presque- huit min­utes de “Garibal­di”, on se laisse volon­tiers emporter par les vagues houleuses de “Love Boat” pour finale­ment récupér­er un peu d’air avec un “Rhap­sody” grinçant et envoû­tant. Fort et déli­cat, con­fi­ant et auda­cieux, solaire et cav­erneux, ce nou­v­el album rend hom­mage aux mul­ti­ples facettes qui ani­ment la musique de Puts Marie. Un disque brut et vivant à l’ef­fi­cac­ité red­outable, plein d’é­mo­tions con­traires et de vio­lence sal­va­trice.

Puts Marie part en tournée : retrouvez-les en con­cert sur les routes de Suisse et de France, notam­ment à Petit Bain le 13 novem­bre et à Paul B. le 17. Plus d’in­fos sur la page Face­book du groupe. 

(Vis­ité 897 fois)