©Capture d'écran YouTube

Bernard Tapie et son improbable carrière musicale

Bernard Tapie est mort ce dimanche 3 octo­bre à 78 ans. Si l’on con­naît davan­tage le busi­ness man, sa vie a été ryth­mée par plusieurs ten­ta­tives dans l’u­nivers de la chanson.

Homme d’af­faires, politi­cien, comé­di­en, mais aus­si con­nu pour ses démêlés avec la jus­tice au cours de sa vie, Bernard Tapie s’est éteint ce dimanche 3 octo­bre des suites d’un can­cer. Attiré par le suc­cès sous toutes ses formes, Tapie s’est égale­ment essayé à la chan­son et la scène (non sans mal).

Dès ses 23 ans, le jeune Tapie sort un pre­mier 45 tours sous le pseu­do très secret de “Bernard Tapy” et écrit ses pro­pres chan­sons : “Je les aime toutes” ou encore “L’en­fant de ma vie”. Deux titres qui ont l’hon­neur de fig­ur­er sur Bideetmusique.com, à l’im­age de ce tout début de car­rière un peu loupé de la part de Tapie.

Loin d’être découragé et après un par­cours bien entamé dans le monde des affaires, Tapie revient en 1985 avec la chan­son “Réus­sir sa vie”. Un titre com­posé par le faiseur de tubes de l’époque, Didi­er Bar­be­liv­ien (Dal­i­da, John­ny Hal­ly­day, Christophe…).

Mais son expéri­ence la plus improb­a­ble reste son fea­tur­ing avec le rappeur Doc Gyné­co en 1998, sur le titre “C’est beau la vie”. À un moment où il était rat­trapé par la jus­tice, Tapie lâche des punch­lines à des­ti­na­tion de ses haters : “Touché mais pas coulé, mer­ci d’l’invitation”.

Mal­gré ces quelques essais dans le monde musi­cal, Bernard Tapie n’au­ra jamais con­nu le suc­cès dont il rêvait secrète­ment. Tout comme ses brèves appari­tions aux théâtres, on retien­dra néan­moins cette envie d’ex­plor­er l’hori­zon des pos­si­bles. Une image de touche-à-tout qui fai­sait sa mar­que de fabrique.

…de touche-à-tout, on vous dit :

(Vis­ité 546 fois)