Crédit photo : Michael Segalov

Bientôt un labo itinérant pour tester vos drogues dans les festivals français ?

Un bud­get par­tic­i­patif pour éradi­quer une anom­alie parisi­enne. Brux­elles, Ams­ter­dam, Barcelone, Vienne, Lux­em­bourg mais aus­si Bor­deaux et Mont­pel­li­er… Si de nom­breuses villes européennes dis­posent de ser­vices itinérants pour tester et analyser les drogues jusque dans les con­certs et les fes­ti­vals, Paris reste encore à la traîne. C’est pourquoi l’as­so­ci­a­tion Tech­no+, présente depuis 1995 dans les événe­ments tech­no en France pour prévenir et réduire les risques liés à l’usage récréatif de drogues, a lancé une cam­pagne de bud­get par­tic­i­patif sur la plate­forme de la Mairie de Paris. L’ob­jec­tif est de financer la mise en place du DrugTruck, un camion itinérant de tests de drogues. L’as­so­ci­a­tion s’ap­puie notam­ment sur l’ex­em­ple du DIZ à Zurich, un cen­tre d’in­for­ma­tion qui pro­pose à cha­cun de faire analyser de façon anonyme et gra­tu­ite un échantillon d’un pro­duit qu’il s’apprête à con­som­mer. Ce ser­vice munic­i­pal se déplace surtout dans les con­certs, raves, fes­ti­vals de la ville et installe son labo d’analyse pour fournir des résul­tats en direct à ceux qui appor­tent des échan­til­lons. Comme un Foodtruck gra­tu­it, qui prendrait soin de ta san­té au lieu de la ruiner.

Le but majeur est d’in­former les con­som­ma­teurs sur la nature des sub­stances ingérées, sur les dosages, la com­po­si­tion et les risques asso­ciés. Tech­no+ envis­age d’ac­quérir un spec­tromètre à infrarouge, qui ne néces­site ni for­ma­tion, ni agent chim­ique ou pré­pa­ra­tion. Un pro­duit ver­sé dans une coupelle et la mesure est effec­tuée par infrarouge, don­nant un résul­tat instan­ta­né : cela per­met d’i­den­ti­fi­er les pro­duits coupés, majori­taires sur le marché, par­fois mélangés à des sub­stances très néfastes comme du béton ou de l’in­sec­ti­cide. Vous pou­vez tou­jours con­tribuer au pro­jet -en suiv­ant ce lien- et rem­plir l’ob­jec­tif de 80.000€ fixé par Techno+.

(Vis­ité 1 906 fois)