Bouse du mois : Katerine — Magnum

Grâce à “Loux­or, j’adore” ou “100 % VIP” Philippe Kater­ine fut un temps le meilleur ani­ma­teur des boums des moins de 12 ans. Depuis, il a été détrôné par Psy et Stro­mae. L’enjeu est donc de taille : son douz­ième album Mag­num lui permettra-t-il de retrou­ver son titre ? Rien n’est moins sûr. Certes les gamins ont pu accrocher à la répéti­tiv­ité dis­co de “Sexy Cool”, qui devient instan­ta­né­ment inaudi­ble dès l’apparition d’une pilosité, mais ils auront plus de mal à ani­mer les dis­cus­sions des cours de récré sur la durée de ce nou­v­el album. La tem­po­ral­ité c’est bien le souci de Philou.

Pris séparé­ment, on peut cra­quer sur le titre préc­ité (même avec des poils) ou sur “Patouseul” mais qui poussera le vice à vouloir pass­er plus de quar­ante min­utes en com­pag­nie d’un coussin péteur musi­cal ? En plus, la pro­duc­tion com­pressée qui sonne ter­ri­ble­ment datée n’aide en rien notre ex-champion des écoles pri­maires. Annon­cé déjà à l’automne dernier, Mag­num a dû être repoussé de mois en mois pour un soi-disant prob­lème de sam­ples non déclarés. Quelle naïveté quand on con­naît l’armada juridique en place dans une major où les avo­cats sont plus nom­breux que les directeurs artis­tiques. Mais peut-être aus­si que la mai­son de dis­ques flairant l’accident indus­triel aura essayé d’enfermer cette grande oeu­vre dans les oubli­ettes de l’histoire. Où elle va for­cé­ment atter­rir, on les ras­sure. Si la forme, ersatz de french touch de série B pro­duite par le revenant Sebas­t­ian (mais qu’est-ce qui lui a pris ?), est pénible, le fond lui touche… le fond. Name drop­ping abscons (“Stripteaseuses”), clin d’oeil lour­dingue aux textes débi­los de la chan­son française des années 70 (“Imbé­ciles heureux” ou “Ami­a­mi”). Tou­jours le même prob­lème avec Kater­ine, on l’adore pour cette per­son­nal­ité hors normes qui fait du bien dans un univers trop con­venu, mais ses ful­gu­rances musi­cales sont dev­enues de plus en plus rares. Hélas, pas de “Poulet N°728120” ou de “Marine Le Pen” dans cette soupe kitsch. Même si on veut bien sauver le touchant “Le Trou­vère de Ver­di” et puis ? Rien…

Mag­num (Mai­son Barclay/Universal)
katerine.free.fr

(Vis­ité 133 fois)