Skip to main content
29 avril 2014

Bouse du mois : Katerine – Magnum

par rédaction Tsugi

Grâce à “Louxor, j’adore” ou “100 % VIP” Philippe Katerine fut un temps le meilleur animateur des boums des moins de 12 ans. Depuis, il a été détrôné par Psy et Stromae. L’enjeu est donc de taille : son douzième album Magnum lui permettra-t-il de retrouver son titre ? Rien n’est moins sûr. Certes les gamins ont pu accrocher à la répétitivité disco de “Sexy Cool”, qui devient instantanément inaudible dès l’apparition d’une pilosité, mais ils auront plus de mal à animer les discussions des cours de récré sur la durée de ce nouvel album. La temporalité c’est bien le souci de Philou.

Pris séparément, on peut craquer sur le titre précité (même avec des poils) ou sur “Patouseul” mais qui poussera le vice à vouloir passer plus de quarante minutes en compagnie d’un coussin péteur musical ? En plus, la production compressée qui sonne terriblement datée n’aide en rien notre ex-champion des écoles primaires. Annoncé déjà à l’automne dernier, Magnum a dû être repoussé de mois en mois pour un soi-disant problème de samples non déclarés. Quelle naïveté quand on connaît l’armada juridique en place dans une major où les avocats sont plus nombreux que les directeurs artistiques. Mais peut-être aussi que la maison de disques flairant l’accident industriel aura essayé d’enfermer cette grande oeuvre dans les oubliettes de l’histoire. Où elle va forcément atterrir, on les rassure. Si la forme, ersatz de french touch de série B produite par le revenant Sebastian (mais qu’est-ce qui lui a pris ?), est pénible, le fond lui touche… le fond. Name dropping abscons (“Stripteaseuses”), clin d’oeil lourdingue aux textes débilos de la chanson française des années 70 (“Imbéciles heureux” ou “Amiami”). Toujours le même problème avec Katerine, on l’adore pour cette personnalité hors normes qui fait du bien dans un univers trop convenu, mais ses fulgurances musicales sont devenues de plus en plus rares. Hélas, pas de “Poulet N°728120” ou de “Marine Le Pen” dans cette soupe kitsch. Même si on veut bien sauver le touchant “Le Trouvère de Verdi” et puis ? Rien…

Magnum (Maison Barclay/Universal)
katerine.free.fr

Visited 16 times, 1 visit(s) today

Leave a Reply