Ça sort aujourd’hui aujourd’hui : vendredi 1er mars

C’est ven­dre­di, c’est jour de sor­tie ! Vu qu’il est par­fois dif­fi­cile de s’y retrou­ver avec tous les dis­ques qui sor­tent chaque semaine, Tsu­gi a décidé de vous faciliter la tâche en vous faisant une petite sélec­tion de galettes – LPs et EPs con­fon­dus – qui vien­nent de paraître et qui nous font vrai­ment envie : c’est le “ça sort aujourd’hui”. Voici donc de quoi accom­pa­g­n­er votre week­end avec l’électro dark de La Fraicheur, l’afro-pop de Muthoni Drum­mer Queen, le dub élec­tron­ique de High Tone, l’indie pop d’Alex Van Pelt, la com­pi­la­tion de Nowa­days Records, la UK Garage de Klein Zage, et la pop con­tem­pla­tive de Coco Bans.

La Fraicheur & Leonard De Leonard — Murky [Leonizer]

Deux Français expa­triés à Berlin font un morceau de tech­no. Le résul­tat s’appelle “Murky” et nous est mijoté par La Fraicheur et Leonard De Leonard. La pro­duc­trice utilise ici des sam­ples vocaux pitchés dans les graves pour décrire la vie queer berli­noise. Côté instru, le duo nous sert une élec­tro noire et abyssale à 117 BPM pour ouvrir l’EP. Suiv­ent trois remix­es du titre, dont un de Club Bizarre. Sa ver­sion se veut bien plus per­cus­sive, offrant une ambiance trib­ale inat­ten­due. Celle de Pro­jekt Gestal­ten aug­mente quant à elle le tem­po et nous pro­pose une alter­na­tive plus dépouil­lée. Pour sa part, Kasey Riot con­serve bon nom­bre d’ingrédients de l’originale et ren­force son aspect dansant. Avec ces qua­tre morceaux, votre nou­velle playlist d’after est main­tenant toute trou­vée.

Muthoni Drummer Queen — She [Yotanka Records/PIAS]

Pop et afrobeat kenyan. C’est le pro­gramme de l’album She de Muthoni Drum­mer Queen. Le disque, disponible en dig­i­tal depuis un petit moment, s’offre aujourd’hui une sor­tie physique en CD et vinyle. Au menu : une grosse pro­duc­tion servie par le duo de beat­mak­ers suiss­es GR ! & Hook , des rythmes dansant, et un flow tou­jours énergique, à mi chemin entre rap et r’n’b. L’artiste digère son héritage hip‐hop améri­cain pour pro­pos­er une douzaine de titres ultra per­son­nels, portés par des paroles fémin­istes :

High Tone — Time Has Come [Jarring Effects]

Voilà un nou­v­el album des Lyon­nais d’High Tone, tou­jours sur le label Jar­ring Effects. Un long‐format par­ti­c­ulière­ment dense, qui nav­igue entre une var­iété de sonorités dub et élec­tron­iques. On crois­era même par instants des gim­micks pro­pres à la trap notam­ment sur le morceau “Walk For The Future”. Mais pas de méprise : le disque sait égale­ment pren­dre son temps, comme le prou­ve “Rit­u­al Of Death” et “The Forge”, les paus­es con­tem­pla­tives de clô­ture. Pour voir le résul­tat en live, rendez‐vous le 25 avril au Tri­anon.

Plus d’informations sur l’événement Face­book.

Alex Van Pelt — Tum Tum [Kidderminster Records]

Alex Van Pelt révèle aujourd’hui Tum Tum, un pre­mier album pour ce chanteur à la voix nasil­larde et aux com­po­si­tions ensoleil­lées. Le musi­cien mêle dans ses pro­duc­tions des élé­ments acous­tiques et élec­tron­iques, le tout au ser­vice d’une pop aux sonorités opti­mistes. Résul­tat : un disque mod­erne rem­pli de chan­sons d’amour, comme un remède immé­di­at à la mau­vaise humeur.

VABlack Label [Nowadays Records]

Black Label est un nom de com­pi­la­tion que l’on imag­in­erait fort bien pour un label de tech­no indus­trielle aux sonorités som­bres. Et pour­tant, le disque du jour, offert par Nowa­days Records, se situe à des années lumières de cet univers musi­cal. Plutôt, la mai­son de dis­ques nous régale de ses meilleures pro­duc­tions de future beats et de com­po­si­tions élec­tron­iques tein­tées de hip‐hop, avec une sélec­tion effec­tuée par leur artiste mai­son Kul­tur. Le label de Fakear et La Fine Equipe offre donc un flo­rilège com­posé de plusieurs artistes, avec de la var­iété styl­is­tique (on y trou­ve même un titre de jun­gle avec “Kaya”). Le tout, dans le respect d’une même esthé­tique chill, retrou­vée tout au long de cette sor­tie.

Klein Zage — Womanhood [Orphan]

Fémin­isme et UK Garage. Voici les deux com­posantes essen­tielles de Wom­an­hood, nou­v­el EP signé Klein Zage. Car si les breaks et les bass­es vibrantes présents tout au long de ce pre­mier disque risquent bien de sec­ouer les dance­floors, le mes­sage résonne aus­si avec force. Au‐dessus de ses pro­duc­tions tra­vail­lées au peigne fin, la musi­ci­enne ajoute — sur chaque titre — un sam­ple vocal por­tant un mes­sage bien pré­cis. Orgasme féminin, place de la femme dans le mod­èle cap­i­tal­iste : Klein Zage sait faire bouger et réfléchir en même temps.

Coco Bans — Fighting Feathers [#apachespartout]

Quelque part entre l’Iowa et la France, il y a des pro­duc­tions de pop épiques et une voix pas­sion­née grâce à Coco Bans. La chanteuse — orig­i­naire du Mid­west améri­cain — nous offre un pre­mier EP après cinq années passées dans l’industrie musi­cale à écrire pour d’autres artistes. A tra­vers ce disque plein d’énergie, on retrou­ve un peu de folk sur des pro­duc­tions élec­tron­iques sophis­tiquées. Quelques touch­es très con­tem­po­raines aus­si, avec des sonorités trap notam­ment sur “Mir­a­cle”. Une artiste promet­teuse, à décou­vrir au fes­ti­val Cho­rus le 6 avril.

(Vis­ité 822 fois)