Canal + découvre la scène jungle et drum’n’bass de Londres en 1994

Après un excel­lent doc­u­men­taire sur la scène gab­ber exhumé la semaine dernière, c’est au tour de la scène jun­gle et drum’n’bass d’être sous le feu des pro­jecteurs. Sor­ti en octo­bre 1994 pour l’émis­sion 24H de Canal +, le doc­u­men­taire est l’un des meilleurs sur le genre. Le plus éton­nant pour l’époque, et c’est appré­cia­ble, c’est le ton employé pour par­ler de cette musique nou­velle à l’époque, sauvage qui plus est. Loin du ton alarmiste de Bernard de la Vil­lardière dans Enquête Exclu­sive à base de “MDMA, drogue de la mort”, le doc­u­men­taire de Canal + cherche ici à com­pren­dre véri­ta­ble­ment les ten­ants et les aboutis­sants de cette musique alors émergente. 

Passée l’in­tro­duc­tion un peu sim­pliste à la musique élec­tron­ique (pour les Nuls), le doc­u­men­taire prend vrai­ment le par­ti de mon­tr­er les béné­fices de cette musique qui rap­proche les peu­ples. D’ailleurs, le présen­ta­teur le dit : “Les accents sont par­fois sauvages, mais ce n’est qu’une apparence, car il n’y a rien de plus paci­fique. La jun­gle fait cohab­iter les noirs des ghet­tos jamaï­cains et les blancs des cen­tres villes :  tous vien­nent faire la fete ensem­ble sans arrières pen­sées. Cette musique de jun­gle adoucit les moeurs et rap­proche les communautés”. 

Le doc­u­men­tariste suit, une heure durant, les péré­gri­na­tions de tous les acteurs de la scène de l’époque : DJs, chanteurs, pro­duc­teurs, familles des artistes, organ­isa­teurs de raves, vendeurs de vinyles. Un beau témoignage de l’époque, vrai­ment complet. 

(Vis­ité 133 fois)