© capture d'écran live Jacob Collier - Never Gonna Be Alone | A Take Away Show, La Blogothèque

Cette session toute douce de Jacob Collier à Paris avant son live à l’Olympia

Multi-instrumentiste et arrangeur de génie, le bri­tan­nique Jacob Col­lier s’est arrêté à Paris pour une date à l’Olympia et enreg­istr­er un Take Away Show avec la Blo­gothèque. On le retrou­ve à déam­buler avec ses musi­ci­ennes et chanteuses au milieu d’une bro­cante à Jussieu. Un moment sim­ple et si doux.

Il y a des Take away shows de la Blo­gothèque qui don­nent le sourire plus que d’autres. Et celui du bri­tan­nique Jacob Col­lier à la bro­cante de Jussieu à Paris en fait par­tie. Le jeune compositeur-multi-instrumentiste jazz et indie-soul était invité, juste avant son Olympia, à inter­préter son nou­veau sin­gle “Nev­er Gonna Be Alone” en fea­tur­ing avec Lizzy McAlpine et Joh May­er, sor­ti en juin dernier. Un titre apaisant, aérien et envoutant, dont l’at­mo­sphère presque kitsch rap­pelle des hits r&b des années 2000. Pour la Blo­gothèque Jacob Col­lier, accom­pa­g­né par ses musi­ci­ennes et chanteuses, inter­prète sobre­ment le titre à la gui­tare acous­tique et au mélod­i­ca. Le sin­gle prend alors des airs de bal­lade que l’on chante au coin d’un feu. C’est tout doux.

Et puis ce qui fait tout le charme des Take away shows (“con­certs à emporter” en Français) ce sont les inter­ac­tions entre les passant·es et les artistes. Dans une bro­cantes ce n’est pas ce qu’il manque. Au milieu de por­tants, de babi­oles, d’ob­jets anciens, et des badauds, les vendeur·ses inter­pel­lent Jacob : “On a une star à la bro­cante ?”. Un joli moment, qui per­met pour certain·es de décou­vrir l’artiste.

Jacob Col­lier a, très jeune, bous­culé le monde du jazz et a tra­vail­lé avec les plus grands. Il s’est notam­ment fait con­naître du grand pub­lic en 2012 sur  Youtube, par sa vidéo de reprise du titre “Don’t You Wor­ry ‘Bout A Thing” de Ste­vie Won­der dans laque­lle il mon­trait toute l’é­ten­due de ses tech­niques vocales, instru­men­tales et d’arrange­ment. Depuis, son tra­vail d’arrangeur a large­ment été remar­qué par les professionnel·les de l’in­dus­trie puisqu’il a à son comp­teur cinq Gram­my Awards. Cinq Gram­mys récom­pen­sant cha­cun de ses qua­tre albums. Et tou­jours pour “meilleur arrange­ment, instru­men­tal et vocal” ou “meilleur arrange­ment, instru­men­tal ou a cap­pel­la”. Il était d’ailleurs nom­mé cette année avec le tube “Good Days” de SZA qu’il a écrit et pro­duit aux côtés de Car­los Núñez Muñoz, Carter Lang, and Christo­pher Ruelas et la chanteuse elle-même et sa reprise de la chan­son de Noël “The Christ­mas Song (Chest­nuts Roast­ing On An Open Fire)”. Autant dire qu’à seule­ment 28 ans, l’artiste a un cur­ricu­lum vitae assez impressionnant.

(Vis­ité 517 fois)