Chronique : ADULT. — “Detroit House Guests”

par Tsugi

Extrait de Tsu­gi n°100, tou­jours en kiosque et disponible à la com­mande sous ce lien.

For­mé à la fin des années 90, le duo de Detroit ADULT., ancien héraut de l’électroclash, n’en aura gardé que le look – noir total, per­fec­to et coupe en épi. Vingt ans après ses débuts, le cou­ple livre un pro­jet à la fron­tière entre expéri­men­ta­tion d’artiste (ce qu’ils sont aus­si par ailleurs) et reven­di­ca­tion punk. Si l’idée a ger­mé dans les années 2000, il faut atten­dre 2014 et l’obtention d’une bourse pour qu’ADULT. soit finan­cière­ment en mesure d’inviter tour à tour six artistes à lit­térale­ment vivre avec eux pen­dant trois semaines pour enreg­istr­er des morceaux. Le résul­tat, le bien nom­mé Detroit House Guests, est à la hau­teur du cast­ing (on y croise, entre autres, Michael Gira de Swans, Dou­glas McCarthy du culte Nitzer Ebb ou encore Shan­non Funchess de Light Asy­lum). Vu la moyenne d’âge, on aurait pu s’attendre à un revival 90’s. Il n’en est rien. L’album est à situer entre The Knife, pour sa capac­ité à ren­dre poreuses les fron­tières entre punk, élec­tro et musiques expéri­men­tales, et Gold­en Teacher pour l’aspect pass­able­ment tripé de cer­tains morceaux. Chaman­isme rob­o­ratif (“P rts M ss ng”, “As You Dream”) new wave déviante (“Stop”) ou envolées sous sub­stance (“As You Dream”), ADULT. et ses copains offrent une dose de syn­crétisme racé. (Quentin Monville)

Detroit House Guests (Mute/PIAS), sor­ti le 17 mars. A not­er qu’ADULT. sera en France cet été dans le cadre du chou­ette fes­ti­val Visions. La cinquième édi­tion du fes­ti­val se tien­dra du 4 au 6 août 2017 au fort de Bertheaume à Plougonvelin, aka un lieu de rêve avec vue sur la mer, avec ADULT. donc, mais aus­si DRVG Cvltvre, Giant Swan ou Kom­p­lika­tions.

 

 

(Vis­ité 802 fois)