Chronique : Boysnoize presents : A Tribute To Dance Mania

Les “Trib­ute To…” n’augurent en général rien de bon. D’une, parce que c’est sou­vent l’occasion de se faire de l’argent sur la dépouille d’un mort. De deux, parce que per­son­ne n’a en mémoire un disque “hom­mage” qui ait été une réus­site autre que com­mer­ciale. Bien sûr, on pour­ra tou­jours dédouan­er Boys­noize de vouloir prof­iter de la notoriété de Dance Mania et croire en la sincérité de son hom­mage – surtout quand il fait par­ticiper DJ Funk, patron de l’emblématique label ghetto-house de Chica­go – tant le label alle­mand a sans doute plus de fans que son homo­logue de la Windy City.

Con­cer­nant la per­ti­nence du pro­jet, en revanche, on est plus dubi­tatif. Écouter des artistes qui ont été influ­encés par Dance Mania faire des morceaux qui ressem­blent à du Dance Mania, c’est à peu près aus­si exci­tant que de se ren­dre à un con­cert des Rabeats ou des Aus­tralian Pink Floyd. Quitte à écouter du Dance Mania, autant écouter du Dance Mania, non?? Ça tombe bien, puisque le label anglais Strut sor­ti­ra une com­pi­la­tion rétro­spec­tive en jan­vi­er. (Gérome Dar­mendrail)

A Trib­ute To Dance Mania (Boysnoize/La Baleine)

(Vis­ité 26 fois)