Skip to main content
14 octobre 2014

Chronique : BRNS – Patine

par rédaction Tsugi

L’album s’appelle Patine, et le titre est plutôt bien trouvé. Parce qu’avec ce deuxième album, le groupe belge qui avait fait sensation l’année dernière avec Wounded, patine sur ses très jeunes lauriers. Pourtant, Patine commence plutôt bien, s’ouvrant sur le très cadencé « Void », on se dit que BRNS a judicieusement choisi d’explorer de nouvelles frontières, plus expérimentales celles-ci, obscurcissant davantage le tableau de sa pop noire.

Et puis tout devient bordélique, juste bordélique, avec un « Slow Heart » gueulard qui nous donnerait envie d’envoyer des caisses de pastilles Vichy pilées au chanteur, un harmonica sans saveur qui tourne en rond (« My Head Is Into You ») et s’achevant dans l’apothéose de l’imbroglio instrumental avec l’insipide  » For Now ». Alors oui, Patine patine, s’enlise dans des compositions fades, redondantes, bourrées de prétention, et souffrant pourtant cruellement de carence mélodique (« Many Chances »). Un album qui est certainement sorti trop tôt (à peine un an après Wounded, ndlr), et qui a paradoxalement dix ans de retard. Patine dérape. 

Visited 28 times, 1 visit(s) today

Leave a Reply