Skip to main content
11 septembre 2013

Chronique : Eleanor Friedberger – Personal Record

par rédaction Tsugi

Pendant des années, Eleanor Friedberger a formé avec son frère Matthew un étrange duo, The Fiery Furnaces, qui s’était fait une spécialité des disques bizarres et décalés. Le groupe est en sommeil depuis quatre ans mais le duo demeure hyperactif en solo et sur des voies divergentes : si Matthew continue d’exploser brillamment les conventions (une dizaine de disques depuis 2011 sur Thrill Jockey), Eleanor a fait le choix d’un environnement plus orthodoxe.

En 2009, son premier album solo, Last Summer, l’installait en songwriter pop sous influence rock 70’s ; Personal Record, coécrit avec le chanteur-écrivain Wesley Stace alias John Wesley Harding, enfonce le clou, naviguant entre Fleetwood Mac, Harry Nilsson, Joni Mitchell et le Neil Young doucereux. Eleanor Friedberger prend le large avec ses années folles sur ce disque élégant et très américain, servi une fois de plus par des textes formidables de mélancolie et d’ironie (“She was wearing a pair of overalls so I sang Come On Eileen/I was being slightly mean”).

À écouter avec son Harrap’s en main pour ne rien perdre de la finesse du songwriting et mesurer combien son classicisme apparent est nourri de déviances redoutables.

Personal Record (Merge/Differ-Ant)

 

Visited 13 times, 1 visit(s) today

Leave a Reply