Chronique et écoute : Of Montreal — Aureate Gloom

Chronique extraite de notre mag­a­zine numéro 80, actuelle­ment en kiosque. 

Je suis passé par une très som­bre péri­ode, j’étais com­plète­ment démoli”, con­fi­ait Kevin Barnes, tête (par­fois trop) pen­sante d’Of Mon­tre­al, véri­ta­ble machine à sor­tir des albums, au total treize en vingt ans de car­rière. Un groupe four­mil­lant de pro­jets, qui par­tent (par­fois trop) dans tous les sens, à l’instar des délires fous de son leader charis­ma­tique, qui broy­ait surtout du noir ces dernières années. Et ce qu’on aime surtout chez Of Mon­tre­al, c’est un sourire, ce sont des couleurs.

Sourire et couleurs que le groupe a retrou­vés avec Aure­ate Gloom, porte de sor­tie lumineuse d’une péri­ode recluse et (par­fois trop) psycho-incompréhensible. Cette fois, de l’ouverture entê­tante “Bassem Sabry” au très beau “Vir­gilian Lots”, en pas­sant par le psy­chédélisme pop de “Empyre­an Aba­toir” ou la nébuleuse enfumée “Alu­minum”, on tient ce qui, ces derniers temps, fai­sait défaut au groupe : une cohérence. Ce qui laisse entrevoir un avenir plein de couleurs et de sourires, bref, tout ce qu’on aime chez Of Mon­tre­al.

(Vis­ité 40 fois)