Skip to main content
29 janvier 2014

Chronique : Kakkmaddafakka – Six Months Is A Long Time

par rédaction Tsugi

“Putain, 6 mois?!”?: les Norvégiens de Kakkmaddafakka ont choisi l’humour pince-sans-rire au moment de baptiser leur troisième album. C’est en effet le temps qu’il a fallu à leur parrain Erlend Øye (Kings of Convenience, The Whitest Boy Alive) pour produire ce disque chaleureux dans la nuit humide de Bergen, quand le groupe pensait rester une semaine en studio.

Tout ne s’est donc pas passé comme prévu, mais ça ne s’entend pas, car la joyeuse bande mise tout sur la spontanéité depuis une décennie. Les résultats sont souvent entraînants mais forcément inégaux, d’autant que le côté journal intime (“Never Friends”) ou courrier du cœur (“Female Dyslexic”) ne donne pas toujours naissance à des textes mémorables. Malgré tout, ça fonctionne la plupart du temps, comme sur l’inénarrable “Bill Clinton”, grâce à cette capacité à emballer l’affaire à l’énergie. Un disque sympathique mais inoffensif qui pourrait bien rencontrer un succès surprenant. (Benoît Repoux)

Six Months Is A Long Time (Bubbles/La Baleine)

Visited 11 times, 1 visit(s) today

Leave a Reply