Skip to main content
13 mars 2014

Chronique : Quilt – Held In Splendor

par rédaction Tsugi

Quilt, dans la langue de Shakespeare, veut dire “courtepointe” (patchwork, quoi), un bordel organisé et suranné. Les trois Américains de Quilt, qui se sont rencontrés dans le cadre de leurs études d’art à Boston, ont bien choisi leur nom. Leur pop-rock psychédélique fleure bon la naphtaline. Sixties jusque dans leurs vêtements, Shane Butler, Anna Fox Rochinski et John Andrews chantent en harmonie, à trois voix, et balancent des sons de guitare orientalisants, convoquant les Beatles, Jefferson Airplane, Soft Machine ou les Doors.

On hésite entre hipster et hippie (hipstie ?). Alors oui, on peut reprocher beaucoup de choses à ce Held In Splendor : il ressemble beaucoup au premier album Quilt, ne propose rien de vraiment nouveau musicalement et leur professionnalisme en prend un coup quand on se penche sur les vidéos live du groupe. Mais, dès la première écoute, un petit miracle opère : c’est étonnamment agréable, et avant d’avoir pu commencer à critiquer, il tourne en boucle dans le casque, laissant une impression de douce félicité. Ça donnerait presque envie de reprendre la couture. (Clémence Meunier)

Held In Splendor (Mexican Summer/Differ-ant)

Visited 14 times, 1 visit(s) today

Leave a Reply