Tripping with Nils Frahm © Leiter Verlag

Combo : Nils Frahm sort aujourd’hui un magnifique album live et un film

Le com­pos­i­teur, pro­duc­teur et pianiste Nils Frahm vient de sor­tir son album live Trip­ping with Nils Frahm, ain­si qu’un film du même nom.

Nils Frahm Le génie alle­mand Nils Frahm avait annon­cé il y a quelques semaines la sor­tie immi­nente de son album live Trip­ping with Nils Frahm, sur Erased Tapes. Le voici, accom­pa­g­né d’un film com­bi­nant qua­tre con­certs en un, tous don­nés dans la salle mythique Funkhaus de Berlin.

Le film, du même nom que l’al­bum, réal­isé par Benoît Toule­monde a la par­tic­u­lar­ité d’être pro­duit par Leit­er (société de pro­duc­tion de Nils Frahm) et par Plan B Enter­tain­ment, rien de moins que la société de pro­duc­tion de Brad Pitt. Nils explique : “Il était vrai­ment temps de doc­u­menter mes con­certs, en image et en son, de ten­ter d’im­mor­talis­er une péri­ode pen­dant laque­lle mon équipe et moi étions des nomades, util­isant n’im­porte quelle méth­ode de voy­age pour jouer coûte que coûte un autre con­cert le lende­main.” Et il ajoute : “Quand vous enten­drez les applaud­isse­ments à la fin du film, sachez qu’à cet instant-là, je souri­ais avec un soupçon de fierté, me sen­tant bénis de partager ces moments avec vous.” Et nous donc.

[On a ten­té] d’im­mor­talis­er une péri­ode pen­dant laque­lle mon équipe et moi étions des nomades, util­isant n’im­porte quelle méth­ode de voy­age pour jouer coûte que coûte un autre con­cert le lendemain.”

En 2018, Nils Frahm fai­sait la cou­ver­ture de notre numéro 109. Tsu­gi s’é­tait entretenu avec le vir­tu­ose dans son stu­dio à Berlin, et il nous avait par­lé de cet endroit mythique qu’est la Funkhaus de Berlin, où ont été tournés les con­certs du film : “Ici, c’est un cen­tre de recherche ! En fait, nous avons redé­cou­vert ce que les génies du Funkhaus, avec leurs blous­es blanch­es de chercheurs, con­nais­saient déjà. Aujourd’hui, les ingénieurs du son peu­vent être des gens cool, mais, après deux ans d’étude, ils ne savent pas vrai­ment com­ment tel appareil marche, pourquoi il faut le câbler comme ça. Alors qu’il y a un pro­fond savoir der­rière des cir­cuits et du câblage. Ces ques­tions n’intéressent plus la sci­ence, nous faisons plutôt des recherch­es sur le cerveau ou nous voulons à aller sur Mars. À l’époque, c’était un pro­jet pri­or­i­taire. Les gens qui tra­vail­laient ici – j’en ai ren­con­tré un, âgé de 90 ans – béné­fi­ci­aient d’une vraie autonomie. Ça se voit dans l’architecture mod­erne, occi­den­tale et pas du tout stal­in­i­enne. Le Funkhaus était réservé à une élite de libres penseurs qui réfléchis­saient à cette ques­tion : ‘Quels vinyles son­nent le mieux ? Ceux des Améri­cains, des Bri­tan­niques, des Japon­ais ou des Alle­mands ?’ Tous se tiraient la bourre, comme s’il s’agissait d’être les pre­miers sur la Lune.” 

L’al­bum est disponible sur toutes les plate­formes de stream­ing, et le film est à vision­ner ici.


(Vis­ité 2 830 fois)