Concours : gagnez des vinyles de la BO de “120 battements par minute”

Grand prix du jury du fes­ti­val de Cannes et sor­ti en salle la semaine dernière, le film de Robin Campil­lo 120 bat­te­ments par minute est sans con­teste l’une des claques ciné­matographiques de l’an­née. Le film dépeint l’ac­tion de l’as­so­ci­a­tion issue de la com­mu­nauté homo­sex­uelle et de lutte con­tre le sida Act Up Paris. A tra­vers ses per­son­nages, on suit les épreuves impliquées par la mal­adie, mais aus­si les réu­nions stratégiques et les formes d’ex­pres­sion et de poli­ti­sa­tion qui dif­fèrent au sein de l’as­so­ci­a­tion.

Mais l’un des ingré­di­ents de réus­site du film est aus­si la bande orig­i­nale. Prési­dent d’Act-Up de 1989 à 1992, Didi­er Lestrade con­fie : “J’ai tou­jours trou­vé sur­prenant de voir que la house a explosé en 1987, au moment où le sida est vrai­ment arrivé en France avec le pre­mier pic de con­t­a­m­i­na­tions en milieu gay et tox­i­co­mane. Ces deux évène­ments n’ont bien sûr aucun lien de causal­ité mais je l’ai pris comme un tour­nant cul­turel, comme deux forces majeures qui s’af­frontaient tout en s’ac­com­pa­g­nant”. C’est cette émer­gence com­mune qui est illus­trée et mag­nifiée par la BO con­coc­tée par Arnaud Rebo­ti­ni (qui nous en par­le plus en détails dans le prochain Tsu­gi). Les scènes de clubs, les réu­nions mil­i­tantes, ou les actions coups de poings sont ain­si accom­pa­g­nées par une “house gorgée de flûte, de piano et de cordes qu’on entendait beau­coup à l’époque et qui revient d’ailleurs aujour­d’hui”.

Pour ceux qui l’ont adoré en salles et pour les autres, cette bande orig­i­nale est disponible en dig­i­tal depuis mer­cre­di dernier et sor­ti­ra en CD et en vinyle ce ven­dre­di. En atten­dant on vous pro­pose de l’é­couter ci-dessous, mais aus­si de gag­n­er des vinyles en envoy­ant un gen­til mes­sage à l’adresse [email protected] — en pré­cisant “con­cours 120BPM” en objet de mail.

(Vis­ité 1 061 fois)