Confiné.e.s avec… le boss du label Lobster Theremin, Asquith

par Tsugi

Les musi­ciens sont comme tout le monde : blo­qués chez eux. On leur a demandé com­ment ils occu­pent leurs journées, pour en tir­er quelques recom­man­da­tions. Aujourd’hui, c’est Jim­my Asquith, fon­da­teur de l’ex­cel­lent label anglais Lob­ster Theremin, qui nous racon­te.

Où êtes-vous en ce moment ?

C’est le matin, je me tire douce­ment du lit. Mon chat Hil­da m’amène divers objets (feuilles, car­ton) trou­vés autour de la mai­son, comme des petits cadeaux matin­aux !

Quel livre lisez-vous en ce moment ?

Je lis Why We’re Polar­ized, d’Ezra Klein (le fon­da­teur de Vox.com). C’est superbe, un bon aperçu du monde divisé dans lequel nous vivons.

Avez-vous un album que vous venez de redé­cou­vrir, et que vous aimez écouter en entier, tran­quille­ment instal­lé dans votre canapé ?

Je reviens tou­jours à Play­ing The Piano de Ryuichi Sakamo­to. Des pièces pour piano incroy­able­ment émou­vantes pour des moments calmes. J’ai aus­si récem­ment eu un coup de cœur pour The Pacif­ic Visions Of Mar­tin Glass (2017), aus­si.

Un album pour danser dans son salon ?

Pour par­ler de quelque chose de com­mer­cial, j’aime beau­coup Liz­zo lorsqu’il s’agit de danser en mode feel good, quand je me sens déprimé. Côté under­ground, le nou­veau morceau d’India Jor­dan, « For You », est phénomé­nal. Il m’est resté en tête pen­dant des jours.

Un film à revoir, par­mi vos clas­siques favoris ?

Juras­sic Park (l’original) ! Essen­tielle­ment parce que j’y fais absol­u­ment tout le temps référence, ah ah ! Dans un reg­istre plus sérieux, Seule La Terre (2017). Juste wow. C’est un film telle­ment beau, ten­dre et brut.

Un jeu à jouer en famille ?

Le Monop­oly, défini­tive­ment ! Ça révèle vrai­ment notre côté sans pitié, qu’on ne voit jamais d’habi­tude.

Un site web à vis­iter ?

Pour la musique : Band­camp ! Pour les vête­ments, 90zback. Pour pren­dre soin de son vis­age, Malin and Goetz. Et pour le fun, Self­ie 2 Wai­fu.

Un plat que vous aimez pré­par­er ?

Le Chak­chou­ka et ses vari­a­tions. Longtemps, je n’ai pas réus­si à le faire, mais quand j’y suis arrivé… Oh mon dieu ! Ah ah ! J’adore les œufs, et j’aime rajouter beau­coup de bons légumes. C’est par­fait pour utilis­er des petits morceaux de légumes qui nous restent, et la base tomate est vrai­ment pas chère et facile à stock­er. Beau­coup d’ail, d’oignons nou­veaux, et saupoudr­er de sauce bien épicée pour met­tre le feu.

Une activ­ité que vous aimez faire, en ce moment ?

Je me suis mis à la course, je trou­ve ça très médi­tatif (une fois que je suis bien dedans). La médi­ta­tion calme mon esprit hyper­ac­t­if. Sinon, je suis en train d’apprendre à faire du stream­ing vidéo et du pod­cast pour faire une démon­stra­tion d’Ableton Live, et c’est super intéres­sant, j’aime tout ce qui est tech­nique.

Quelle est la pre­mière chose que vous aimeriez faire dehors, une fois que le con­fine­ment sera ter­miné ?

Nag­er et aller au spa, c’est la pre­mière chose que je ferai, ça me manque trop. Pass­er toute une nuit dans un club aus­si, sûre­ment. J’aimerais aus­si beau­coup pren­dre un avion et ren­dre vis­ite à des amis et/ou des DJs, quelque part, et me remet­tre à ren­con­tr­er de nou­velles per­son­nes.

Que préparez-vous pour cette année, côté musique ?

Un nou­v­el EP sort bien­tôt, qui s’appelle Rave Til Dawn. C’est mon préféré, et je suis très fier de cha­cune des qua­tre pistes. Je vais aus­si sor­tir un mix alter­natif de mon morceau « Let Me » pour la journée spé­ciale de Band­camp, qui renonce à ses parts, le 1er mai, et j’ai aus­si le morceau « Souls » (pre­mier extrait de pre­mier mix 100 % inédit) qui sort bien­tôt sur le Crys­tal Grooves Col­lec­tive Cuts Vol III de Cinthie (DJ et gérante de label berli­noise, ndr). J’aimerais aus­si met­tre en avant les deux remix­es que j’ai réal­isé pour Matre­fakt, qui sor­tent sur Aban­don Silence. Lob­ster Theremin reste très act­if égale­ment. Des tonnes de nou­velles sor­ties, ain­si qu’une réédi­tion d’un très bel album d’électro indé à écouter chez soi qui m’excite beau­coup. Je vais aus­si com­mencer à don­ner des tuto­riels de pro­duc­tion et des con­seils sur l’industrie musi­cale en ligne, surtout via Insta­gram, avec à terme un abon­nement pour des con­seils directs aux artistes. Je pense que c’est quelque chose dont on a grande­ment besoin, et j’aimerais davan­tage con­cen­tr­er mon énergie per­son­nelle sur ça.

Que pensez-vous, et espérez-vous, que le con­fine­ment va chang­er dans le futur ?

J’espère que ça va stim­uler un sens de la com­mu­nauté et de l’unité dans la société. J’espère que les gou­verne­ments du monde entier com­menceront à men­er des poli­tiques plus com­patis­santes, qui pro­tè­gent ceux qui en ont besoin et four­nissent plus de filets de sécu­rité qui nous assurent en vue d’un futur qui sera mar­qué par le chô­mage (le revenu uni­versel, main­tenant, s’il vous plaît!). J’espère que les per­son­nes et entre­pris­es ent­hou­si­astes, pas­sion­nées et énergiques dans le milieu de la musique élec­tron­ique under­ground vont réus­sir à sur­vivre et se recon­stru­ire. J’espère que nous apprécierons mieux tous les lib­ertés et priv­ilèges que nous avons, surtout en Occi­dent, et j’espère que cela nous fera réalis­er à quel point nous sommes chanceux de vivre et tra­vailler à cette époque et dans ce secteur. Aimer et dévelop­per ce que nous aimons, même si ça peut être dur par­fois. J’espère que le club sera tel que je m’en sou­viens. J’espère qu’on pour­ra danser ensem­ble à nou­veau.

(Vis­ité 257 fois)