Skip to main content
©Mounir Taieb
14 avril 2020

Confiné.e.s avec… Maud Geffray

par Tsugi

En ces temps confinés, les musiciens sont bien sûr également bloqués chez eux. Nous leur avons demandé comment ils occupent leurs journées, avec au passage quelques recommandations culturelles. Aujourd’hui, Maud Geffray moitié de Scratch Massive qui se prête au jeu.

Propos recueillis par Olivier Pernot

 

Bonjour Maud, où es-tu en ce moment ?

Chez moi, à Paris, dans le 19ème arrondissement.

Quel est le livre que tu lis actuellement ?

J’ai plusieurs livres en route en ce moment. Avant le confinement, j’ai commencé Le Lambeau de Philippe Lançon. C’est un des journalistes survivants de la tuerie de Charlie Hebdo. Il raconte l’attentat et sa propre reconstruction physique et psychique. Le confinement me laisse le temps de lire ce gros bouquin. Comme ce livre est un cauchemar vivant, j’alterne avec La Vie devant soi de Romain Gary. Il l’avait publié sous son nom d’emprunt, Émile Ajar. C’est une histoire très drôle, racontée par un gamin. C’est plein de vie. Et j’ai aussi un troisième livre, Paroles sans musique, l’autobiographie de Philip Glass. Je l’ai déjà lu mais j’aime bien y piocher des bouts en hasard. C’est un livre très dense, avec une réflexion globale sur la vie très intéressante.

Les livres de Maud © Maud Geffray

Un album que tu viens de redécouvrir et que tu aimes écouter tranquillement, en entier, installé dans son canapé ?

Je dirais Polydistorsion, le deuxième album de GusGus. Le groupe sort toujours des tracks très régulièrement. Quand j’entends le début d’un morceau encore inconnu que me propose Spotify, en un quart de seconde je sais que c’est GusGus. Je les ai toujours aimé. Tous les albums. Ce qui est rare chez moi. Et même leur penchant dance. J’aime ces synthés, ce sentiment polaire, rêveur et la voix incroyable de Daniel Ágúst (qui était venu chanter sur notre track « Paris » avec Scratch Massive). J’adore l’équilibre de cet album Polydistorsion, à la fois pop et électronique. Cela faisait longtemps que je ne l’avais pas écouté en entier. Il y a en particulier le titre « Why », chanté par Emiliana Torrini, que j’ai dû écouter des milliers de fois. C’est juste une petite merveille : il me fait vraiment encore pleurer à chaque écoute. C’est dingue.

Un disque pour danser dans son salon ?

J’écoute beaucoup de nouveautés sur Spotify. Cela peut m’inspirer pour mon prochain album. Il y a un track que j’aime beaucoup en ce moment : « Open The Door » de Die Antwoord, avec un featuring de Panther Modern. C’est un mec de Los Angeles que je découvre totalement. J’aime sa voix, avec quelque chose de post-punk, et la façon dont il la pose. Le morceau est hyper réussi, avec ces trois voix à la fois directes et tribales. Comme je cherche des featurings pour mon album, je suis allé voir ce que fait Panther Modern…

Un film à revoir, parmi les classiques qui t’ont marquée ?

Blue Velvet de David Lynch. Je ne l’avais pas regardé depuis longtemps : je crois même que j’étais adolescente quand je l’ai vu. Je n’en possédais que des souvenirs lointains. Quelques images, une ambiance. Mais j’avais complètement oublié l’histoire. En le revoyant maintenant, j’en ai une vision différente, plus clairvoyante, plus fine. Les acteurs sont géniaux. Ensuite, j’ai regardé comme ça deux épisodes de la série originale Twin Peaks. J’avais envie de me replonger dans la musique, dans l’ambiance. J’avais besoin de revoir une « vraie » série, car je venais de regarder toute la série Validé, qui est comme une sitcom, à la fois marrante et caricaturale, complètement addictive. Un Hélène et les garçons du rap game ! (rires)

Un jeu à faire en famille ?

Mon copain aime beaucoup jouer, notamment aux jeux vidéo. Depuis peu, il essaie de m’initier aux échecs. Nous avons déjà fait quelques parties pendant le confinement et nous allons en refaire d’autres. Je perçois ce qui est génial, mais il faut apprendre, avoir un certain niveau. Cela nécessite du temps avant de savoir bien jouer. Les échecs sont un jeu qui est comme une traduction de la vie, du caractère des joueurs, plutôt attaquants, fonceurs, ou défensifs.

Maud échec au Roi © Maud Geffray

Un site Internet à fouiller ?

Je vais en conseiller deux. Le premier site, c’est Mubi, un site sur le cinéma, avec des classiques et des nouveautés. Il y a un film mis en avant chaque jour et une sélection mensuelle très intéressante. On peut aussi découvrir des réalisateurs avec des rétrospectives qui leur sont consacrées ou voir des sélections de films par thèmes. J’ai eu la chance qu’on m’offre un abonnement quand j’ai participé à un jury. Sinon, l’abonnement à ce site n’est que d’une dizaine d’euros par mois. Le second, c’est Medici.tv, un site sur la musique classique et la musique contemporaine. Il y a des documentaires de qualité, des archives rares, qu’on ne trouve pas sur YouTube. Notamment sur Michael Nyman, dont je suis fan, et sur Philip Glass (celui qui a été produit par Love Streams, la boîte d’Agnès B.).

Un plat que tu aimes cuisiner ?

J’adore les gâteaux. Je suis en train d’améliorer une recette que m’a donnée ma pote Flora. C’est un gâteau à la banane et au chocolat, mais pas trop gras, avec de la farine de sarrasin. Là, j’en suis déjà à quatre gâteaux préparés depuis le début du confinement. Un gâteau tous les quatre/cinq jours. Dans la dernière version, j’ai rajouté des poires. Ce gâteau est de plus en plus délicieux et on le mange hyper vite.

Miam miam ©Maud Geffray

Une activité que tu aimes faire ces jours-ci ?

Une fois tous les deux jours, je suis des cours de sport en vidéo. Les profs du Club Med Gym donnent des cours de chez eux, en direct, en stream. Il y a trois ou quatre cours par jour. Je me connecte sur le programme cuisses/abdos/fessiers. Et le samedi, je fais du yoga kundalini. C’est mon pote Stéphane (Alf) qui m’a branché sur ce cours qui est donné par sa prof depuis la Martinique. Nous sommes une dizaine de participants à suivre son cours, grâce à l’application Zoom.

Tu as envie de faire quoi en premier à l’extérieur quand le confinement se terminera ?

Je ne joue plus nulle part et cela me manque quand même. J’ai fait un mix pour le Maison Tsugi Festival. C’était bizarre de faire un DJ set chez moi, devant un mur. Mon copain faisait le public et on avait sorti des bières, mais cette expérience était étrange. J’ai envie de retrouver du monde, une foule.

Tu prépares quoi pour cette année ?

En ce moment, je travaille sur mon prochain album, le fait d’être chez moi me permet de bien avancer. Ces jours-ci, j’aurais dû être aux États-Unis. J’avais des dates en solo et avec Scratch Massive à Miami et à Los Angeles. J’avais prévu que le disque soit prêt avant cet été… et il va sûrement l’être. Le label Pan European Recording devrait le sortir au début 2021. C’est un disque qui sera dans la continuité de Polaar, mon premier album solo. Un disque électronique, avec un grand travail sur les voix, la mienne ou celles de mes featurings, avec des effets. Cela apporte une touche pop aux compositions. Le confinement m’a aussi permis de finir un remix d’un morceau du Grand Bleu. Je suis hyper fan du film. Éric Serra et son manager m’ont demandé un remix du titre « The Big Blue Ouverture ». Ce morceau est assez parfait : j’ai respecté sa narration en trois parties, qui résume le film, et je me la suis accaparée. Résultat, mon remix a été accepté !

Y a du matos chez Maud © Maud Geffray

Qu’espères-tu que ce confinement va changer dans nos vies ?

Il me semble que cette situation doit nous amener à repenser la société dans son ensemble, en particulier nos façons d’agir, qui sont très individuelles (même si c’est facile à dire). Il faut stopper cette course frénétique, qui mène à notre perte, réfléchir à la consommation (consommer plus localement, même si on le sait déjà) et aussi, évidemment notre rapport à la nature. Il faut que nous nous considérions comme faisant partie d’un tout et stopper la course à l’ego, ce que prônent les réseaux sociaux comme nouvelle civilisation. Il faut essayer d’utiliser ça pour autre chose, défendre des valeurs, participer, et pas uniquement se gonfler l’ego, et aussi écouter plein de musique ! L’écoute de musique, c’est super important pour la connexion avec soi et avec le grand tout.

Visited 18 times, 1 visit(s) today