Crédit : Emily Rachel Rose

Coup de pouce : JW Ridley

Par­fois, on tombe dans nos mails ou totale­ment par hasard sur un morceau, un artiste ou un clip qui nous colle à notre chaise. Alors on en par­le, tout sim­ple­ment. Ce sont les “coups de pouce” de la rédac’.

C’est avec le sin­gle “Jaguar Spring” que JW Rid­ley comp­tait pro­mou­voir son pre­mier EP éponyme, sor­ti la semaine dernière, auto-produit à 100% et sur cas­settes depuis sa cham­bre d’adolescent en ban­lieue de Lon­dres — il a quit­té la cap­i­tale anglaise pour s’enfermer un an chez ses par­ents et sor­tir ce petit bijou de qua­tre titres. Mais non, par­mi cet essai lo-fi, c’est l’évanescent “Some­where Else” qui nous aura séduit d’emblée, par sa mélan­col­ie et ses échos new wave. “Blitz”, trois min­utes et quelques, empreint d’urgence, n’est pas en reste non plus et démon­tre à quel point JW Rid­ley est doué pour con­coc­ter des mélodies sim­ples et addic­tives, comme un jeune Robert Smith qui aurait écouté beau­coup de Sig­ur Ros et bal­ancé des bat­ter­ies 80’s par dessus. Des méth­odes de pro­duc­tion max­i­mal­iste qui éton­nent quand on sait que le jeune Anglais a tout com­posé et enreg­istré lui-même, des syn­thés à la moin­dre note de gui­tare; don­nant à l’ensemble un goût de krautrock éthéré.

Bref, une excel­lent décou­verte et un bel éton­nement : si le bon­homme est capa­ble de faire ça depuis la mai­son de ses par­ents, sans aide ni encadrement, unique­ment armé d’un enreg­istreur cas­sette qua­tre pistes, que va-t-il se pass­er quand il sera accom­pa­g­né sur ses prochaines sor­ties ? Déjà repéré par pas mal de médias anglais ou à la radio par la BBC, on devrait avoir la réponse rapi­de­ment.

On aurait aimé don­ner une bonne nou­velle ici, mais pour l’instant, JW Rid­ley n’a pas de con­cert pro­gram­mé en France.

(Vis­ité 213 fois)