Coup de Pouce : Mikano

Par­fois, on tombe dans nos mails ou totale­ment par hasard sur un morceau, un artiste ou un clip qui nous colle à notre chaise. Alors on en par­le, tout sim­ple­ment, comme ici avec le parisien Mikano. Ce sont les “coups de pouce” de la rédac’.

À écouter les yeux fer­més, lit­térale­ment. Après avoir dévoilé le clip de “Plas­tic”, son­nant d’emblée comme un tube de rap mélan­col­ique, et plus récem­ment le très aérien “Janson’s Road”, Mikano a sor­ti un très bel EP aux allures d’album inti­t­ulé Blind Man Dreams, le 19 octo­bre dernier sur le label du col­lec­tif Clear Water.

Le jeune parisien orig­i­naire du Camer­oun utilise tout un tas d’influences pour créer un rap — en anglais — qui lui est pro­pre, à la fois actuel et hors du temps. Riche d’avoir gran­di entre Abu Dhabi et Le Caire, il effectue son retour en France à l’âge de 17 ans et se met à pro­duire une musique for­cé­ment tein­tée de ses voy­ages. Après s’être pris une paire de claques en écoutant My Beau­ti­ful Dark Twist­ed Fan­ta­sy de Kanye West et Man Of The Moon de Kid Cudi, il décide en toute logique de s’affranchir des car­cans styl­is­tiques et de pro­pos­er une musique décloi­son­née, sans trahir le hip hop con­sti­tu­ant sa base. 

L’inventivité de Blind Man Dreams se trou­ve dans sa thé­ma­tique: les rêves des aveu­gles. Un sujet très par­ti­c­uli­er, à l’origine des neuf morceaux clairs obscurs et coton­neux qui ne sont pas sans rap­pel­er un cer­tain Franck Ocean. Un EP aux allures d’album écrit par un jeune MC sur lequel il fau­dra désor­mais compter.

(Vis­ité 280 fois)