© Yves de Orestis

COVID-19 : les événements culturels assis de plus de 5000 personnes autorisés dès les 30 octobre

Mis à jour le 11 août 2020 : Le Pre­mier min­istre Jean Cas­tex a annon­cé de nou­velles mesures à la suite de la dégra­da­tion de la sit­u­a­tion san­i­taire liée à la pandémie de Covid-19. L’in­ter­dic­tion des événe­ments de plus de 5 000 per­son­nes est main­tenue jusqu’au 30 octo­bre.

Cette semaine dans un com­mu­niqué de presse, le min­istère de la Cul­ture a annon­cé la reprise des rassem­ble­ments de plus de 5 000 per­son­nes dès sep­tem­bre sur tout le ter­ri­toire français. Mais avec un petit bémol…

Dans un com­mu­niqué de presse datant du mar­di 4 août 2020 (et mis à jour le 6 août), le min­istère de la Cul­ture a annon­cé que les rassem­ble­ments de plus de 5 000 per­son­nes pour­ront repren­dre à par­tir du 1er sep­tem­bre 2020, et dès le 15 août “à titre excep­tion­nel et sur autori­sa­tion pré­fec­torale, sous la respon­s­abil­ité de l’organisateur et après analyse des fac­teurs de risques.” 

Néan­moins, la vig­i­lance prime et “les règles d’accueil du pub­lic demeurent inchangées”. Arrive ici le hic : “Pour tout spec­ta­cle (hors Guyane et May­otte qui sont encore en état d’urgence san­i­taire), la con­fig­u­ra­tion assise du pub­lic reste la norme ; la dis­tan­ci­a­tion d’un siège entre deux per­son­nes ou groupes de per­son­nes venant ou ayant réservé ensem­ble demeure égale­ment req­uise”. Cette mod­i­fi­ca­tion du décret ne con­cerne donc pas les événe­ments de danse où le pub­lic se tient debout, tou­jours inter­dits en France.

 

À lire également
Free-parties en Île-de-France : la fête, malgré tout

 

©Joseph Schi­ano Di Lom­bo pour Tsu­gi

De nou­velles infor­ma­tions sur l’évolution des mesures san­i­taires sont à prévoir “fin août”, selon le com­mu­niqué.

N’ou­blions égale­ment pas qu’un rétropé­dalage de cette mesure n’est pas exclu, dans un con­texte actuel où la mul­ti­pli­ca­tion des cas de con­t­a­m­i­na­tion au Covid-19 s’ac­célère, où plusieurs grandes villes de France repassent oblig­a­toire le port du masque en extérieur (y com­pris Paris, bien­tôt, dans cer­taines zones) et où le Con­seil sci­en­tifique par­le d’une haute prob­a­bil­ité qu’“une sec­onde vague épidémique soit observée à l’automne ou hiv­er prochain”.

(Vis­ité 1 579 fois)