Skip to main content
© Yves de Orestis
7 août 2020

COVID-19 : les événements culturels assis de plus de 5000 personnes autorisés dès les 30 octobre

par Sylvain Di Cristo

Mis à jour le 11 août 2020 : Le Premier ministre Jean Castex a annoncé de nouvelles mesures à la suite de la dégradation de la situation sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. L’interdiction des événements de plus de 5 000 personnes est maintenue jusqu’au 30 octobre.

Cette semaine dans un communiqué de presse, le ministère de la Culture a annoncé la reprise des rassemblements de plus de 5 000 personnes dès septembre sur tout le territoire français. Mais avec un petit bémol…

Dans un communiqué de presse datant du mardi 4 août 2020 (et mis à jour le 6 août), le ministère de la Culture a annoncé que les rassemblements de plus de 5 000 personnes pourront reprendre à partir du 1er septembre 2020, et dès le 15 août « à titre exceptionnel et sur autorisation préfectorale, sous la responsabilité de l’organisateur et après analyse des facteurs de risques. » 

Néanmoins, la vigilance prime et « les règles d’accueil du public demeurent inchangées ». Arrive ici le hic : « Pour tout spectacle (hors Guyane et Mayotte qui sont encore en état d’urgence sanitaire), la configuration assise du public reste la norme ; la distanciation d’un siège entre deux personnes ou groupes de personnes venant ou ayant réservé ensemble demeure également requise ». Cette modification du décret ne concerne donc pas les événements de danse où le public se tient debout, toujours interdits en France.

 

À lire également
Free-parties en Île-de-France : la fête, malgré tout

 

©Joseph Schiano Di Lombo pour Tsugi

De nouvelles informations sur l’évolution des mesures sanitaires sont à prévoir « fin août », selon le communiqué.

N’oublions également pas qu’un rétropédalage de cette mesure n’est pas exclu, dans un contexte actuel où la multiplication des cas de contamination au Covid-19 s’accélère, où plusieurs grandes villes de France repassent obligatoire le port du masque en extérieur (y compris Paris, bientôt, dans certaines zones) et où le Conseil scientifique parle d’une haute probabilité qu’ »une seconde vague épidémique soit observée à l’automne ou hiver prochain ».

Visited 13 times, 1 visit(s) today