Daniel Darc, Pieces Of My Life”, le docu d’un esprit punk à la française

Un regard som­bre et brumeux, une voix pâteuse s’adres­sant dif­fi­cile­ment à la caméra ; le réc­it de Daniel Darc sur grand écran débute de manière quelque peu trou­blante. Mais cette abrupte intro­duc­tion amorce et résume l’his­toire d’une vie, autant mar­quée par les extrav­a­gances et les excès que par la poésie et la foi en Dieu.

Réal­isé par Marc Dufaud et Thier­ry Vil­leneuve, le film retrace le par­cours du chanteur avec une vision brute et nette. Des images d’archive tournées en plein coeur de son apparte­ment, cap­tant des moments de vie tan­tôt émou­vants, tan­tôt dérangeants ; les déc­la­ra­tions d’amour (certes par­fois dés­abusées) au rock côtoient alors les scènes de shoot à l’héroïne. Sans oubli­er les entre­tiens avec ses proches. Sa mère feuil­letant des albums pho­tos, son gui­tariste et ami Georges Bet­zou­nis qui racon­te leurs aven­tures dans un con­stant franglais coupé à l’ac­cent grec, le pro­duc­teur Frédéric Lo retraçant la con­cep­tion de l’al­bum Crève­coeur. Album qui le rep­longera dans une trop brève péri­ode de lumière.

Avant d’obtenir en 2004 le prix pour “l’al­bum révéla­tion de l’an­née” aux Vic­toires de la musique, Daniel Darc aura égale­ment arpen­té des mon­tagnes russ­es sur le plan artis­tique. D’abord chanteur de l’i­conique groupe Taxi Girl au début des années 80, sig­nant le notable tube “Chercher le garçon” à coups d’en­tê­tants syn­thé­tiseurs et de gui­tares syn­copées, il ser­pente ensuite entre les drames et les démons. Il faut atten­dre 1994 pour enten­dre son pre­mier album solo, Nijin­sky, en tan­dem avec Jac­no. Et une décen­nie sup­plé­men­taire pour le voir à nou­veau sur le devant de la scène. Pieces Of My Life nous offre d’ailleurs des moments priv­ilégiés de la créa­tion de Crève­coeur, avec Darc qui récite un texte grif­fon­né sur une feuille de papi­er, accom­pa­g­né à la gui­tare par Frédéric Lo. En découle un disque poignant, qui n’hésite pas à altern­er les beats élec­tron­iques et les chan­sons rock à fleur de peau. Et des paroles chan­tées d’une voix faible, mais qui bercent par leur douceur. Les derniers mots d’un vrai punk à la française.

Daniel Darc, Pieces Of My Life est en salle depuis le 24 juil­let. 

(Vis­ité 1 177 fois)